S'abonner

Profil étiologique des polysérites : à propos de 45 cas - 31/01/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2017.10.541 
K. Chaanoun 1, , N. Zaghba 2, H. Benjelloun 2, N. Yassine 2
1 CHU Ibn-Rochd de Casablanca, Casablanca, Maroc 
2 CHU Ibn-Rochd, Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La polysérite est l’inflammation simultanée de plusieurs séreuses. Le but de notre travail est d’étudier le profil étiologique des polysérites dans un service de pneumologie.

Méthodes

Nous avons mené une étude rétrospective portant sur 45 cas de polysérite colligés au service des maladies respiratoires du CHU Ibn Rochd de Casablanca entre 2010 et 2017.

Résultats

La moyenne d’âge de nos patients était de 38 ans (extrêmes : 17–83 ans), avec une prédominance féminine 78 %. Dans les antécédents Le tabagisme a été retrouvé dans 18 cas, le néoplasie dans 11 cas, une insuffisance rénale dans 5 cas, et six patients étaient exposés à l’amiante. L’atteinte simultanée de la plèvre et du péritoine a été notée dans 21 cas, de la plèvre et du péricarde dans 17 cas, de la plèvre, du péritoine et du péricarde dans 5 cas, de la plèvre, du péritoine et de la vaginale dans 2 cas. La polysérite a été d’origine tuberculeuse dans 21 cas, d’origine métastatique dans 14 cas, d’origine mécanique dans 6 cas, révélatrice d’un lupus érythémateux systémique dans 3 cas et indéterminée dans 1 cas. La prise en charge consistait à un traitement étiologique associé à des ponctions évacuatrices ainsi qu’une kinésithérapie respiratoire. L’évolution était bonne dans 30 cas. Nous déplorons 6 décès et 9 cas ont été perdus de vue.

Conclusion

Nous insistons sur la diversité étiologique des polysérites dominée dans notre série par la tuberculose qui demeure un véritable problème de santé publique dans notre pays.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 35 - N° S

P. A233 - janvier 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Pneumopathies survenant dans un contexte d’exposition aux oiseaux : psittacose ou pneumopathie d’hypersensibilité aiguë ?
  • A. Jézéquel, A. Gacouin, S. Jouneau
| Article suivant Article suivant
  • Difficultés de la recherche étiologique des hémoptysies chez les anciens tuberculeux au CHU d’Antananarivo
  • I.D. Rakotondrabe, K. Ravahatra, H.M. Tiaray, M.O. Rasoafaranirina, A.M. Nandimbiniaina, J. Rakotomizao, J. Rakotoson, R.N. Raharimanana, A. Andrianarisoa

Déjà abonné à cette revue ?