S'abonner

Miliaire tuberculeuse de l’enfant : à propos de six cas - 31/01/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2017.10.614 
H. Haddaoui , J.E. Bourkadi, M. Aharmim
 Rabat, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La miliaire tuberculeuse est une forme grave, aiguë de tuberculose due à la dissémination lymphohématogène des bacilles tuberculeux à partir d’une lésion focale rompue dans le flux sanguin ou lymphatique. L’intérêt d’étude sur la miliaire tuberculeuse réside dans la gravité de cette forme de tuberculose, mettant en jeu le pronostic vital, particulièrement dans notre pays où la tuberculose reste toujours un problème de santé publique.

Méthodes

Étude rétrospective de 6 cas, recensés au service d’enfants de l’hôpital Moulay-Youssef de Rabat, de juillet 2011 à juillet 2017.

Résultats

L’âge moyen était de 8 ans avec prédominance masculine avec un sex-ratio 2/3. Le contage tuberculeux a été retrouvé chez 4 patients, 5 parmi les 6 patients étaient vaccinés par le BCG. La moyenne du délai entre le début de la symptomatologie et le diagnostic était de 58jours avec un minimum de 20jours et un maximum de 5 mois. Les signes généraux étaient marqués par la présence d’une fièvre (4 cas), un amaigrissement (4 cas), une anorexie (5 cas), des sueurs nocturnes et une altération de l’état général chez tous nos patients. Parmi les signes fonctionnels respiratoires la toux était présente chez 5 patients et la dyspnée chez 2 autres. Les signes extra respiratoires retrouvés étaient un syndrome méningé chez un patient et des adénopathies cervicales bilatérales chez un autre. La déshydratation était présente dans 2 cas. La sérologie VIH était positive chez un seul enfant âgé de 38 mois. Le diagnostic a été confirmé chez 4 patients par la bacilloscopie qui est revenue positive, chez les 2 autres, il a été retenu sur des arguments cliniques (fièvre, sueur nocturne, amaigrissement), la positivité de l’IDR à la tuberculine et l’aspect radiologique ; ce dernier était typique chez tous nos patients fait de micronodules diffus et bilatéraux. Le traitement consistait à des associations d’antibacillaires selon les protocoles nationaux (rifampicine, isoniazide, pyrazinamide, éthambutol), avec corticothérapie systémique dans un cas de méningite. L’évolution était favorable chez tous nos patients y compris l’enfant VIH (+) et celui compliqué par la méningite.

Conclusion

La miliaire tuberculeuse chez l’enfant persiste encore dans notre pays. La prévention est primordiale et passe par l’isolement de tout adulte bacillifère, le contrôle de la vaccination par le BCG et l’éducation de la famille pour consulter au moindre signe clinique afin d’éviter les complications.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 35 - N° S

P. A261 - janvier 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La polysérite tuberculeuse (à propos de 22 cas)
  • M. Zerraa, H. Benjelloun, N. Zaghba, N. Yassine
| Article suivant Article suivant
  • Association entre la tuberculose pulmonaire bacillifère et la maladie thromboembolique : à propos de 39 cas
  • S. Habibech, S. Bacha, I. Moussa, S. Agrebi, H. Racil, A. Chabbou, N. Chaouch

Déjà abonné à cette revue ?