S'abonner

Profil ventilatoire spirométrique chez 9526 patients français : implication de l’application des nouvelles normes GLI-2012 - 31/01/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2017.10.153 
V. De Broucker , M. Catto, J.L. Edme, R. Van Bulck, R. Matran, V. Neve, T. Perez, S. Hulo
 CHRU de Lille, Lille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le diagnostic de pathologies respiratoires comme l’asthme ou la BPCO nécessite l’utilisation de limites normatives adaptées pour l’interprétation des explorations fonctionnelles respiratoires (EFR). Les équations encore actuellement utilisées datent de 1983 et sont basées sur une modélisation à partir de différentes équations. Récemment, le groupe d’experts GLI-2012 a réactualisé ces normes à partir des spirométries de 97 759 sujets sains âgés de 3 à 95 ans. Nous avons démontré l’intérêt d’utiliser ces nouvelles normes chez des sujets sains français âgés de 40 à 65 ans. [1] Le but est ici de vérifier la pertinence de l’utilisation de ces nouvelles normes sur des sujets âgés de 3 à 90 ans sur des groupes de malades bien phénotypés.

Méthodes

Nous avons recueilli les spirométries (Jaeger) réalisées dans le service des EFR du CHRU de Lille, chez 9526 patients, entre novembre 2012 et mai 2016. Nous avons appliqué les anciennes normes (Zapletal et ECCS-83) et les nouvelles normes (GLI-2012) sur ces valeurs afin de déterminer la répartition des profils ventilatoires pathologiques pour 5 groupes de malades (asthme, BPCO, mucoviscidose, maladies de système avec possible PID, pathologies neuromusculaires). Le Tableau 1 représente le nombre de patients par pathologie et par classe d’âge, et donne le pourcentage de VEMS anormaux (VEMS<LIN [limite inférieure de la normale]), d’obstruction (TVO) (VEMS/CVF<LIN) et de profils spirométriques restrictifs (TVR, CVF basse) (CVF<LIN).

Résultats

En appliquant les GLI-2012, dans l’asthme, le pourcentage de TVO est moins important mais le VEMS est plus souvent anormal ; chez les BPCO, les pourcentages de TVO et de VEMS anormaux sont significativement plus importants ; dans la mucoviscidose, les VEMS sont plus souvent diminués. Dans les maladies de système et chez les neuromusculaires, le pourcentage de CVF anormalement basses est plus élevé en utilisant les GLI-2012.

Conclusion

L’utilisation des normes GLI-2012 objective des TVO plus sévères chez les BPCO, les asthmatiques et les patients atteints de mucoviscidose, ainsi que des profils spirométriques restrictifs plus fréquents dans les maladies de système avec possible PID et chez les neuromusculaires.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 35 - N° S

P. A73-A74 - janvier 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation des différentes modalités de drainage pleural dans la prise en charge des pneumothorax spontanés primitifs
  • N. Carnot, M. Dupuis, S. Pontier, F. Laborde, L.-T. Brouchet, A. Didier
| Article suivant Article suivant
  • Intérêt de la prise en charge systématique des épanchements pleuraux par l’échographie
  • S. Droneau, E. Noel-Savina, M. Dupuis, D. Rouviere, E. Bousquet, F. Laborde, F. Gayda, G. Prevot, S. Pontier, A. Didier

Déjà abonné à cette revue ?

;