S'abonner

Quel rapport entre syndrome d’apnée obstructive du sommeil et asthme ? - 19/03/15

Doi : 10.1016/j.msom.2015.01.027 
Nihal Souki , Wiam El Khattabi, Hanane L’Youssfi, Abdelaziz Aichane, Hicham Afif
 Service de pneumologie, hôpital 20 Août, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Établir le lien de causalité entre l’asthme et le SAOS dans notre contexte.

Méthodes

Étude prospective allant de janvier 2013 à juillet 2014 concernant 100 patients hospitalisés pour suspicion de SAOS dont 23 % sont asthmatiques.

Résultats

Vingt et un patients présentaient un asthme associé à un SAOS confirmé par polygraphie ventilatoire. Nous avons noté une nette prédominance féminine (91 %) avec une moyenne d’âge de 51ans. Un syndrome métabolique est retrouvé chez 11 patients. Après avoir corrigé les éventuelles causes du non contrôle de l’asthme (rhinite, conjonctivite, obésité…) nous avons constaté que l’asthme était bien contrôlé chez 9 patients, partiellement contrôlé chez 10 patients et non contrôlé chez 4 patients. La symptomatologie clinique est faite essentiellement de l’hypersomnolence diurne avec pauses respiratoires, le ronflement nocturne et la fatigabilité dans tous les cas (score d’Epworth moyen à 12, extrêmes de 8 à 20). Selon le score de Berlin, tous ces patients étaient à haut risque de développer un SAOS. L’IAH moyen est de 15 avec une SaO2 moyenne à 94 %. Le SAOS est léger dans 43 %, modéré dans 52 % et sévère dans 5 %. Un traitement à double pôle était instauré, basé sur les mesures hygiéno-diététique, un traitement positionnel et l’association corticoïdes inhalés et bronchodilatateurs à longue durée d’action chez tous les patients, la CPAP et l’orthèse d’avancée mandibulaire était préconisé chez un patient chacun. L’évolution de l’asthme est marquée par le contrôle de l’asthme dans 81 % des cas, celle du SAOS est marquée par la régression des symptômes diurnes et nocturnes et l’amélioration de la qualité de vie.

Conclusion

Chez les patients dont l’asthme n’est pas contrôlé par le traitement médicamenteux, la présence d’un SAOS doit être recherché et traité. Notre étude suggère que la présence des symptômes cliniques d’apnée du sommeil chez l’asthmatique aggrave sa maladie et constitue un facteur de non contrôle de l’asthme.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2015  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 12 - N° 1

P. 28-29 - janvier 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Syndrome d’apnées obstructives du sommeil et qualité de vie
  • Sana Elguedri, Houda Kalboussi, Maher Maoua, Olfa Elmaalel, Halima Bensalem, Ahmed Abdelghani, Sana Issa, Meriem Laaouni, Mohamed Benzarti, Najib Mrizek
| Article suivant Article suivant
  • Syndrome d’apnées du sommeil chez les hypertendus : étude comparative
  • Nihal Souki, Wiam El Khattabi, Hanane L’Youssfi, Safaa Raboukhi, D. El Baghdadi, Abdelaziz Aichane, Rachida Habbal, Hicham Afif

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?