S'abonner

Asthme, pollutions intérieure et extérieure : étude pilote chez des adolescents libanais scolarisés - 14/09/15

Doi : 10.1016/j.rmr.2014.11.073 
P. Salameh a, , b , C. Karaki c, S. Awada a, c, S. Rachidi a, c, A. Al Hajje a, c, W. Bawab a, c, N. Saleh b, c, M. Waked d
a Laboratoire de recherche clinique et épidémiologique, faculté de pharmacie, campus Rafic Hariri, université libanaise, Hadath, Beyrouth, Liban 
b Section II, faculté de santé publique, université libanaise, Beyrouth, Liban 
c École doctorale des sciences et technologie, université libanaise, Beyrouth, Liban 
d Hôpital Saint-Georges, faculté de médecine, université de Balamand, Beyrouth, Liban 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 13
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Plusieurs études ont montré que la pollution exacerbe les symptômes respiratoires et l’asthme infantile. Notre objectif était d’évaluer l’association entre pollutions de l’air intérieur et extérieur et l’asthme.

Méthodes

Une enquête menée en mai–juin 2012, chez des élèves de 12 à 19ans dans six écoles du Liban associait le questionnaire de l’étude internationale de l’asthme et des allergies infantiles (ISAAC) et des questions concernant l’exposition à la pollution intérieure et extérieure.

Résultats

Parmi 717 sujets (taux de réponse 71,7 %), 4,5 % avaient un asthme diagnostiqué par un médecin, 34,7 % avaient un asthme probable et 60,8 % n’avaient aucun symptôme respiratoire. L’exposition aux contaminants intérieurs étaient positivement associée à l’asthme. La probabilité de l’asthme était plus élevée chez les résidents près d’un fort trafic routier (ORa=4,30 [IC95 % 1,45–12,71], p<0,05) ayant été exposés à un incendie (ORa=1,84 [IC95 % 1,01–3,36]) et au smog (ORa=4,15 [IC95 % 1,42–12,12]) alors que l’aération de la maison au matin et en cas d’enfumage semblaient être protecteurs.

Conclusion

Ces résultats suggèrent que le risque d’être asthmatique ou d’avoir des symptômes respiratoires est non seulement lié à la pollution intérieure mais aussi extérieure, principalement le trafic routier.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Many studies have demonstrated that outdoor pollution might exacerbate respiratory symptoms and childhood asthma. Our objective was to evaluate the relationship between asthma and outdoor and indoor pollution.

Methods

We undertook a survey in May–June 2012 about schoolchildren aged 12–19years in six Lebanese schools. This combined the International Study of Asthma and Allergies in Childhood (ISAAC) standardized questionnaire with other questions addressing outdoor and indoor exposure.

Results

Among 717 subjects (response rate 71.7%), 4.5% had physician-diagnosed asthma, 34.7% had probable asthma and 60.8% were asymptomatic. Exposure to indoor contaminants was positively associated to asthma. The risk for asthma was higher in those residing near heavy road traffic (ORa=4.30 [95% CI 1.45–12.71], P<0.05), those previously exposed to fire (ORa=1.84 [95% CI 1.01–3.36]), and those exposed to smog (ORa=4.15 [95% CI 1.42–12.12]). Airing the house in the morning or in case of indoor smoking had a protective effect against asthma.

Conclusion

These results suggest that the risks of asthma or having respiratory symptoms are not only related to indoor pollution but also to outdoor pollution especially from road traffic.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Asthme, Pollution domestique, Pollution atmosphérique, Trafic routier, Facteurs environnementaux

Keywords : Asthma, Indoor pollution, Outdoor pollution, Road traffic, Environmental factors


Plan


© 2015  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 32 - N° 7

P. 692-704 - septembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prise en charge et coûts de la bronchopneumopathie chronique obstructive en France en 2011
  • C. Laurendeau, C. Chouaid, N. Roche, P. Terrioux, J. Gourmelen, B. Detournay
| Article suivant Article suivant
  • Suivi longitudinal des sujets contacts de cas de tuberculose à Paris
  • A. Fournier, F. Antoun, C. Charlois Ou, G. Muller, L. Ezri, P. Morin, A. Faure, D. Marteau, H. Keshtmand, S. Quelet

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;