S'abonner

Manifestations pulmonaires de l’histiocytose langerhansienne - 30/10/15

Doi : 10.1016/j.rmr.2015.01.005 
J. Obert a, A. Tazi a, , b
a Service de pneumologie, Centre national de référence de l’histiocytose langerhansienne, hôpital Saint-Louis, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, 1, avenue Claude-Vellefaux, 75475 Paris cedex 10, France 
b U1153 CRESS, équipe de recherche en biostatistiques et épidémiologie clinique, université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, 75013 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 17
Iconographies 4
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

L’histiocytose langerhansienne pulmonaire est une pneumopathie infiltrante diffuse kystique rare, de cause inconnue, qui touche électivement les jeunes patients fumeurs des deux sexes. Les travaux multicentriques menés par le centre de référence ont permis de mieux connaître l’histoire naturelle à court et moyen termes de la maladie et de préciser les modalités de suivi des patients. Une altération importante de la fonction respiratoire peut survenir précocement après le diagnostic chez une proportion significative de patients. Le risque d’une telle évolution diminue après le sevrage tabagique. La cladribine, cystostatique analogue des purines, peut entraîner une amélioration franche de la fonction respiratoire des patients ayant une forme clinique progressive de la maladie, mais ce traitement demeure du domaine de la recherche clinique. Les traitements spécifiques de l’hypertension pulmonaire (anti-récepteurs de l’endothéline, inhibiteurs des phosphodiestérases) peuvent être utilisés avec prudence chez les patients ayant une hypertension pulmonaire sévère, dans des centres spécialisés. La mise en évidence de la présence de la mutation V600E de l’oncogène BRAF dans près de 50 % des lésions d’histiocytose langerhansienne, y compris pulmonaires, constitue une avancée importante dans la compréhension de la pathogénie de cette maladie et ouvre la voie à des approches thérapeutiques plus ciblées.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Pulmonary Langerhans cell histiocytosis is a rare diffuse cystic interstitial pneumonia of unknown etiology that occurs selectively in young smokers of both genders. The multicenter studies conducted by the reference center have better defined the short and medium terms natural history of the disease and the clinical management of patients. A substantial proportion of patients experience a dramatic decline in their lung function soon after diagnosis. Importantly, smoking cessation is associated with a decreased risk of subsequent deterioration. Cladribine, a purine analogue, chemotherapy may dramatically improve lung function in patients with progressive pulmonary Langerhans cell histiocytosis, but this treatment should be used only in the setting of clinical research. Specific pulmonary hypertension therapies (anti-endothelin receptors, inhibitors of phosphodiesterases) may be used with caution in specialized centres for patients with severe pulmonary hypertension, and seem to be well tolerated. The recent identification of the V600E mutation of the BRAF oncogene in approximately half of the Langerhans cell histiocytosis lesions, including pulmonary granulomas, represents an important step forward in the understanding of the pathogenesis of Langerhans cell histiocytosis. Potentially it opens the way to targeted therapies.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cellules dendritiques, Pneumopathies infiltrantes kystiques, Tomodensitométrie haute résolution, BRAF, MAP kinases

Keywords : Dendritic cells, Diffuse cystic lung disease, High-resolution computed tomography, BRAF, MAP kinases


Plan


© 2015  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 32 - N° 8

P. 850-866 - octobre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Antigénuries : indications de prescription et apports thérapeutiques dans les pneumonies aiguës communautaires
  • S. Dirou, C. Cazanave
| Article suivant Article suivant
  • Nouvelles cibles et nouvelles molécules en oncologie thoracique
  • D. Rouviere, E. Bousquet, E. Pons, J.-D. Milia, N. Guibert, J. Mazieres

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;