S'abonner

Facteurs associés au pronostic des carcinomes bronchiques en unité de soins intensifs - 31/01/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2017.10.228 
A. Bertier 1, , M. Patout 1, F. Guisier 1, F. Tamion 2, L. Thiberville 1, A. Cuvelier 1, M. Salaun 1
1 Service de pneumologie, CHU de Rouen, Rouen, France 
2 Service de réanimation médicale, CHU de Rouen, Rouen, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Avec un taux de survie à 5 ans de 15–20 %, le pronostic des carcinomes bronchiques est sombre, et la question de leur admission en unité de soins intensifs (USI) est parfois difficile. L’objectif de cette étude est d’identifier les facteurs pronostics associés à la survie de ces patients admis en USI.

Méthodes

Les données des 147 patients atteints de cancer bronchique, admis consécutivement en soins intensifs au CHU de Rouen entre octobre 2013 et janvier 2017, ont été colligées de manière rétrospective. Les données ont été comparées avec le test de X2 (ou Fisher), et le test de Mann–Whitney ; les courbes de survie ont été réalisées selon la méthode Kaplan–Meier, avec test du log-rank. Une valeur de p<0,05 était considérée significative.

Résultats

Il s’agissait majoritairement d’hommes (71 %), fumeurs, âgés en moyenne de 63 ans, en bon état général (Karnofsky moyen=64 %), porteurs d’un carcinome bronchique non à petites cellules (80 %), le plus souvent adénocarcinome (39 %), à un stade avancé. Le motif d’hospitalisation en USI le plus fréquent était l’insuffisance respiratoire aiguë (IRA) (66 %), le plus souvent secondaire à une pneumopathie infectieuse (34 % des IRA). La durée moyenne d’hospitalisation en USI était de 8jours. Le taux de survie à 90jours était de 38 %. La médiane de survie globale était de 57jours. Chez les patients survivants à 90jours, étaient plus fréquemment retrouvés un indice de Karnofsky>ou égal à 60 %, un nombre moindre de sites métastatiques (0 vs 1), un score IGS2 plus bas (26 vs 33), l’absence de recours à l’oxygénothérapie haut débit. En analyse univariée, les facteurs ayant un impact significatif favorable sur la survie en USI étaient : indice de Karnofsky60 %, l’absence de métastases osseuses à l’admission. Les facteurs associés à la survie à 90jours étaient : indice de Karnofsky60 %, nombre moindre de sites métastatiques à l’admission. Les facteurs associés à la survie globale étaient : indice de Karnofsky60 %, nombre moindre de métastases à l’admission, absence de métastases osseuses à l’admission. En analyse multivariée, les facteurs indépendants liés à la survie globale étaient : l’indice de Karnofsky et le score IGS2.

Conclusion

Du fait d’un pronostic sombre, la pertinence de l’admission des patients porteurs d’un carcinome bronchique en USI doit être discutée de façon collégiale, et devrait tenir compte de l’indice de Karnofsky et du score IGS2, ainsi que du nombre de sites métastatiques à l’admission.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2017  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 35 - N° S

P. A104 - janvier 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prise en charge des cancers bronchopulmonaires non métastatiques avec mutations oncogéniques : quelle place pour les traitements ciblés ?
  • S. Gendarme, M. De Torcy, Q. Gibiot, I. Ben Assem, F. Vinas, A. Boudjemaa, G. Rousseau-Bussac, I. Monnet, C. Chouaid
| Article suivant Article suivant
  • Caractéristiques des patients atteints de cancer bronchopulmonaire non à petites cellules (CBNPC) traités par nivolumab en condition de vie réelle : première analyse de l’étude EVIDENS (lung cancer patients treated with nivolumab : a longitudinal, prospective, observational, multicentric study)
  • C. Audigier-Valette, M. Pérol, F. Barlesi, D. Debieuvre, J.B. Auliac, P. Bombaron, A. Dixmier, C. Raspaud, E. Nabirotchkina, N. Benoit, B. Asselain, D. Moro-Sibilot

Déjà abonné à cette revue ?

;