S'abonner

Tuberculose pulmonaire : évolution radiologique des lésions broncho-pulmonaires en fin de traitement - 18/09/18

Pulmonary tuberculosis: Radiological evolution of broncho-pulmonary lesions at the end of treatment

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.08.005 
F. Méchaï a, , b , C. Fock-Yee c, D. Bouvry d, A. Raffetin a, O. Bouchaud a, e, M. Brauner c, P.Y. Brillet c
a Service des maladies infectieuses et tropicales, hôpital Avicenne, 125, route de Stalingrad, 93000 Bobigny, France 
b Inserm, IAME, UMR 1137, 75018 Paris, France 
c Service de radiologie, hôpital Avicenne, Bobigny, France 
d Service de pneumologie, hôpital Avicenne, Bobigny, France 
e Laboratoire éducations et pratiques de santé EA 3412, université Paris 13, Bobigny, France 

Auteur correspondant.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le mardi 18 septembre 2018

Résumé

Objectifs

Décrire les lésions broncho-pulmonaires résiduelles et évaluer l’intérêt de la tomodensitométrie (TDM) en fin de traitement d’une tuberculose pulmonaire.

Matériels et méthodes

Analyse des TDM thoraciques initiales et de fin de traitement de 56 patients avec tuberculose pulmonaire selon une grille de lecture incluant les lésions parenchymateuses et des voies aériennes. Les données TDM de fin de traitement ont été analysées en fonction des données cliniques, mycobactériologiques et du TDM initial.

Résultats

Des lésions actives (cavité à paroi épaisse et/ou micronodules centrolobulaires) persistaient chez 24 patients (43 %) après un traitement moyen de 7 mois. La persistance de ces signes d’activité était corrélée initialement à la présence d’un syndrome cavitaire (p=0,027), à une atteinte bronchique prédominant en sous-segmentaire, à une extension plus importante des micronodules (p=0,024) et à des bronchectasies (p=0,04). Ces lésions résiduelles n’étaient pas associées à un risque plus élevé de rechute.

Conclusion

La persistance de signes d’activité sur la TDM de fin de traitement d’une tuberculose ne correspond pas obligatoirement à une absence de guérison mais à un retard radiologique. Cette imagerie est néanmoins utile pour faire le bilan des séquelles de l’arbre bronchique, voire estimer le risque de complications ultérieures.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objectives

To describe the residual broncho-pulmonary lesions and evaluate the role of CT scanning at the end of treatment of pulmonary tuberculosis.

Materials and methods

Analysis of the initial and end of treatment CT scans of 56 patients with pulmonary tuberculosis according to a reading grid including parenchymatous and airways lesions. The CT data at the end of treatment were analysed in relation to the clinical and microbiological data, and the original CT scan.

Results

Active lesions (thick walled cavities and/or centrilobular micronodules) persisted in 24 patients (43%) after a mean treatment period of 7 months. The persistence of these signs of activity was correlated with the initial presence of a cavitary syndrome (p=0.027), with predominant sub-segmentary bronchial involvement, with extensive micronodular spread (p=0.024) and with bronchiectasis (p=0.04). These residual lesions were not associated with an increased risk of relapse.

Conclusion

The persistence of signs of activity on the CT scan at the end of treatment of tuberculosis do not necessarily correspond to an absence of cure but to a radiological delay. This imaging is nevertheless useful to make an assessment of any subsequent changes in the bronchial tree and to estimate the risk of later complications.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Tuberculose pulmonaire, Scanner thoracique, Séquelles radiologiques

Keywords : Pulmonary tuberculosis, Thoracic scanning, Radiological sequels


Plan


© 2018  SPLF. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Déjà abonné à cette revue ?

;