S'abonner

Impact de la douleur chronique chez les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.210 
M. Chaabouni , W. Feki, R. Khemakhem, N. Moussa, N. Bahloul, A. Kotti, W. Ketata, H. Ayadi, W.K. Rekik, S. Msaad, I. Yangui, S. Kammoun
 Service de pneumologie, CHU Hédi-Chaker, Sfax, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La douleur chronique est de plus en plus rapportée par les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Son existence peut altérer la qualité de vie des patients et générer des symptômes anxiodépressifs. Notre étude a pour but de déterminer le retentissement et l’impact psychologique de la douleur chronique sur la qualité de vie des patients atteints de BPCO.

Méthodes

Il s’agit d’une étude transversale étendue sur quatre mois (1er février–31 mai 2018) incluant des patients de sexe masculin atteints de BPCO suivis au service de pneumologie du CHU Hédi-Chaker de Sfax, Tunisie. Plusieurs échelles ont été utilisées : mMRC pour évaluer la dyspnée, CAT pour quantifier l’impact de la pathologie sur la vie des patients, GOLD pour stadifier le degré l’obstruction bronchique, Brief Pain Inventory (BPI) pour évaluer la douleur chronique et Hospital Anxiety and Depression Scale (HAD) pour détecter la symptomatologie anxieuse et dépressive.

Résultats

Quarante-six patients ont été questionnés : le groupe 1 pour les patients atteints de douleur chronique contenait 36 patients ; le groupe 2 pour les patients indemnes de douleurs contenait 10 patients. Quatre patients du 1er groupe (11,1 %) ont changé de métier ou pris la retraite à cause des douleurs. Les scores d’intensité et d’interférence de la douleur étaient positivement corrélés (p<0,005). Il n’y avait pas de liaison entre le nombre de douleurs exprimées par chaque patient et le score d’interférence (p>0,05). Il existait une relation significative entre le score d’interférence et le score de dépression du HAD (p<0,05). Ni la présence de la douleur, ni le nombre de douleurs exprimées par chaque patient, ni le score d’intensité, ni celui de l’interférence de la douleur n’ont contribué à l’apparition de symptomatologie anxieuse (p>0,05).

Conclusion

Plus la douleur chronique chez les patients atteints de BPCO est intense, plus elle retentit sur la qualité de vie. Sa prise en charge devrait être systématique afin d’améliorer le quotidien des patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A103-A104 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La broncho-pneumopathie chronique obstructive : un motif fréquent de mise en invalidité et retraite anticipée pour usure prématurée de l’organisme
  • A. Omrane, C. Harrathi, N. Mars, O. Jlassi, A. Gaaliche, I. Kallala, K. Rjeb, S. Joober, N. Rouatbi, L. Bouzgarrou
| Article suivant Article suivant
  • Préadmission de patients BPCO en SSR. Quelles sont les demandes des pneumologues ?
  • A. Bernady, A.M. Dunoguier, S. Defache, P. Saby, C. Sala, P. Pignede

Déjà abonné à cette revue ?

;