S'abonner

La broncho-pneumopathie chronique obstructive : un motif fréquent de mise en invalidité et retraite anticipée pour usure prématurée de l’organisme - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.209 
A. Omrane 1, , C. Harrathi 1, N. Mars 1, O. Jlassi 1, A. Gaaliche 2, I. Kallala 2, K. Rjeb 2, S. Joober 3, N. Rouatbi 3, L. Bouzgarrou 1
1 Service de médecine de travail, Mahdia, Tunisie 
2 Caisse nationale d’assurance maladie, Monastir, Tunisie 
3 Service de pneumologie, Monastir, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une pathologie insidieuse et invalidante à l’origine d’une diminution des capacité respiratoires et des capacités de travail.

Objectif

Élaborer le profil médical et socioprofessionnel des assurés mis en invalidité ou à la retraite anticipée pour usure prématurée de l’organisme (RA-UPO) pour BPCO, au centre tunisien.

Méthodes

Étude exhaustive conduite sur un an, portant sur les accords de mise en invalidité ou à la RA-UPO, par la commission médicale régionale d’invalidité et de retraite anticipée au district du centre.

Résultats

Parmi les 618 accords de mise en invalidité et de RA-UPO, 13 % étaient motivées par une pathologie respiratoire dont 8,1 % en rapport avec une BPCO. L’âge moyen de ces patients était de 54,2±4,7 ans avec une prédominance masculine (sex-ratio à 3,5). L’invalidité était retenue dans 56 % des cas suivie par la RA 40 %. La confection-textile était le secteur le plus concernés (18 %), suivi par les secteurs de bâtiments et d’agriculture (10 %), le secteur d’hôtellerie (8 %) et celui de nettoyage (3 %). Le taux moyen d’impotence partielle permanente (IPP) proposé par le médecin conseil était de 67,4±20,8 %. La décision de la commission était corrélée à la demande initiale (p=0,002), au sexe (p=0,048) et à l’avis du médecin conseil (0,002). Aucune corrélation n’était retrouvée entre la décision de la commission ou le taux d’IPP attribué et le secteur d’activité.

Conclusion

Dans notre série, la BPCO paraît être un motif non négligeable de retrait précoce de la vie active d’une population relativement jeune d’ou l’intérêt d’une meilleure prévention et une adaptation professionnelle permettant aux patients de « vivre avec » leur maladie. Ces mesures paraissent importantes compte tenu de la situation actuelle en Tunisie ou on assiste à une prolongation de l’âge de retraite à 62 ans.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A103 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Intérêt d’une coopération pneumologue/pharmacien dans l’optimisation des traitements inhalés chez les patients BPCO
  • P. Béhague, A. Deldicque, O. Le Rouzic, J. Briand, N. Paris, N. Bautin, T. Perez, J.F. Bervar, M. Perez, B. Décaudin, P. Odou
| Article suivant Article suivant
  • Impact de la douleur chronique chez les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive
  • M. Chaabouni, W. Feki, R. Khemakhem, N. Moussa, N. Bahloul, A. Kotti, W. Ketata, H. Ayadi, W.K. Rekik, S. Msaad, I. Yangui, S. Kammoun

Déjà abonné à cette revue ?

;