S'abonner

Effet de la triple association fixe en particules extrafines (Trimbow®) sur la récurrence des exacerbations : analyse post-hoc de l’étude TRIBUTE - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.213 
A. Bachiri
 Laboratoire CHIESI, Bois-Colombes, France 

Résumé

Introduction

Dans la BPCO, le taux d’exacerbations est une mesure importante pour quantifier l’effet d’un médicament particulièrement les événements récurrents dont la mesure fournit une évaluation optimale de l’effet d’un traitement par rapport à un autre.

Objectif

Rapporter les résultats de l’analyse post-hoc de l’étude TRIBUTE sur les événements récurrents en comparant l’association Dipropionate de Béclométasone (DPB)/Fumarate de Formotérol (FF)/Glycopyrronium (G) et l’association Indacatérol/Glycopyrronium (IND/GLY) chez les patients atteints de BPCO.

Méthodes

Nous avons appliqué la méthode de Wei, Lin & Weissfeld (WLW) pour la distribution marginale des délais, et le modèle Cox à risque proportionnel limité à trois strates (i.e. pour le 1er, 2e et 3e évènements), nous avons présenté le résultat combiné ainsi que les résultats spécifiques de chaque strate.

Résultats

La triple association fixe DPB/FF/G a prolongé significativement le délai de survenu d’exacerbations (HR 0,84, p=0,011) par rapport à l’association fixe de deux bronchodilatateurs IND/GLY, cet effet est encore plus important pour la deuxième exacerbation (HR : 0,80, p=0,096) et la troisième exacerbation (HR : 0,58, p=0,014).

Conclusion

Ces résultats complètent et confirment le bénéfice clinique du DPB/FF/G en particules extrafines par rapport à l’association IND/GLY pour retarder le délai de survenu de la première exacerbation et plus encore, le délai de récurrence des exacerbations.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A104-A105 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’inflammation systémique au cours de la bronchopneumopathie chronique obstructive : est-elle prédictive de sévérité ?
  • S. Maazaoui, H. Zaibi, R. Fessi, J. Ben Amar, B. Dhahri, H. Aouina
| Article suivant Article suivant
  • Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) et facteurs étiologiques
  • M.F. Cisse, E. Koutonin, F.B.R. Mbaye, Y. Dia Kane, K. Thiam, N.O. Toure

Déjà abonné à cette revue ?

;