S'abonner

Comorbidités métaboliques au cours de la bronchopneumopathie chronique obstructive : prévalence et impact sur le stade et la capacité à l’exercice dans une population tunisienne - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.232 
H. Zaibi , R. Fessi, S. Maazaoui, J. Ben Amar, I. Laouini, B. Ourari, H. Aouina
 Service de pneumologie, hôpital Charles-Nicole, Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les comorbidités métaboliques sont manifestement fréquentes au cours de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Les mécanismes impliqués dans cette association sont plurifactoriels et complexes.

But

Décrire la prévalence des différentes comorbidités métaboliques (diabète, dyslipidémie et syndrome métabolique) au cours de la BPCO et évaluer leur impact sur la capacité à l’exercice et le stade de la maladie.

Méthodes

À travers une étude prospective, on a recruté les patients ayant une BPCO confirmés. Les antécédents de diabète de type 2 et de dyslipidémie ont été recherchés à l’anamnèse et dépistés par un bilan biologique. Une prise de la tension artérielle, des mesures anthropométriques et un test de marche de 6min (TM6) ont été réalisées.

Résultats

Soixante-dix malades ont été inclus, âgés en moyenne de 65 ans (44–89 ans). Les trois quarts étaient classés GOLD D. Uniquement six patients n’avaient pas de comorbidités associées. Les comorbidités métaboliques étaient dominées par la dyslipidémie (43 %), à type d’hypercholestérolémie isolée (50 %), d’hypertriglycéridémie (10 %) et d’association des deux (40 %). Le diabète de type 2 et le syndrome métabolique étaient retrouvés dans 24 % chacun. Les symptômes (mMRC, CAT) et la fréquence des exacerbations ne semblaient pas être influencés par ces pathologies. Le diabète était plus fréquent au cours des stades avancés de la maladie (p=0,03) et chez les malades les plus obstructifs (p=0,02). Les patients diabétiques et dyslipidémiques avaient une distance parcourue plus réduite sans que la différence ne soit significative (306m vs 330 et 314m vs 330m, p=0,7).

Conclusion

L’association des comorbidités métaboliques à la BPCO semble aggraver la tolérance à l’effort et l’obstruction bronchique d’où l’intérêt de les dépister chez ces patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A111-A112 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Aspects épidémiologiques, cliniques, radiologiques et évolutifs des BPCO au centre médical Le Jourdain (Yaoundé, Cameroun)
  • H. Mbouandi, S. Lum, J.R. Mouliom
| Article suivant Article suivant
  • Caractéristiques fonctionnelles de la BPCO du sujet âgé
  • M. Bougrida, M. Martani, B. Benzouid, W. Bouzekri, M.K. Bourahli, M. Bougrida

Déjà abonné à cette revue ?

;