S'abonner

Caractérisation du statut PDL1 sur cellules tumorales circulantes et sur tissu tumoral comme biomarqueur de réponse à l’immunothérapie dans le carcinome bronchique non à petites cellules - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.254 
A. Brindel 1, , M. Brevet 1, S. Couraud 2
1 Service de cytologie et d’anatomie pathologiques, Bron, France 
2 Pneumologie aiguë spécialisée et cancérologie thoracique, Pierre-Bénite, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les inhibiteurs des points de contrôles immunitaires (IPCI) ont modifié la prise en charge des carcinomes bronchiques pulmonaires non à petites cellules (CBNPC). Le biomarqueur de la réponse aux IPCI est actuellement le taux de Programmed Death Ligand-1 (PDL1) dans la tumeur. Cependant, il n’est qu’un reflet statique, unique, limité de la tumeur et ne reflète pas l’hétérogénéité tumorale tempo-spatiale. La caractérisation du statut PDL1 sur les cellules tumorales circulantes (CTCs) pourraient permettre de s’affranchir de ces limitations.

Méthodes

Les patients inclus prospectivement étaient suivis pour un carcinome bronchique non à petites cellules avancé nécessitant l’introduction d’un IPCI (nivolumab ou pembrolizumab). Les CTC étaient isolées du sang par la technique ISET. Le statut PDL1 était caractérisé sur tissu tumoral et sur CTC par immunohistochimie (IHC) au moment de l’introduction des IPCI. La réponse à l’immunothérapie était appréciée selon les critères RECIST.

Résultats

Trente-six patients étaient pris en charge pour un CBNPC. La recherche de CTC dans le sang était positive (CTC+) chez 19 patients. Quinze paires PDL1 tissus/CTC étaient disponibles. Il n’existait pas de corrélation entre l’expression de PDL1 sur CTC et sur les tissus avant traitement. Il existait un meilleur contrôle de la maladie chez les patients exprimant fortement PDL1 dans les tissus associés à une corrélation entre le taux d’expression de PDL-1 dans les tissus et la meilleure réponse observée ; r=0,49, p=0,008. Il existait une différence significative de survie sans progression (SSP) entre le groupe CTC+ et le groupe CTC−, SSP : HR 3,6, IC 95 [1,3 ; 10,3], p=0,017. Nous ne notions aucune différence de SSP quel que soit le taux d’expression de PDL1 sur CTC ou dans les tissus.

Conclusion

La caractérisation du statut PDL1 dans les CTC à l’initiation du traitement par IPCI est possible par technique IHC. Aucune corrélation entre le statut PDL1 dans les CTC et le tissu n’était retrouvée. Les patients présentant des CTC à l’initiation du traitement avaient une moins bonne survie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A122 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation des données d’efficacité d’une chimiothérapie après exposition à un inhibiteur des checkpoints de l’immunité : une étude cas-témoins au CHRU de Tours
  • F. Lisée, E. Pichon, T. Flament, S. Marchand-Adam
| Article suivant Article suivant
  • IMMUNOPROG : efficacité des inhibiteurs de point de contrôle immunitaire (ICI) chez des patients porteurs d’un carcinome bronchique non à petites cellules réfractaire à une chimiothérapie de première ligne
  • C. Lefebvre, E. Martin, R. Veillon, F. Puisset, L. Hendriks, A.M. Dingemans, B. Besse, C. Raherison, J. Mazières

Déjà abonné à cette revue ?

;