S'abonner

Apport de l’échographie thoracique dans la pathologie pleuropulmonaire - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.261 
L. Elhamdaoui , W. Elkhattabi, F.Z. Chaaibate, H. Jabri, H. Afif
 Service des maladies respiratoire, Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’échographie thoracique est devenue un outil indispensable en pneumologie et en réanimation. Elle permet d’améliorer la prise en charge des pathologies pleurales, pulmonaires et pariétales et d’assurer la réalisation des gestes explorateurs en toute sécurité, en augmentant le taux de réussite et en réduisant les complications. Cette étude vise l’évaluation de son apport en pathologie pleuropulmonaire.

Méthodes

C’est une étude rétrospective analytique de 110 cas ayant bénéficié d’échographie thoracique au cours de 6 mois, de juin 2017 à décembre 2017.

Résultats

Il s’agit de 74 hommes et 36 femmes, avec une moyenne d’âge de 49,28 ans. L’échographie a détecté 77 épanchements pleuraux (62 %) avec une sensibilité de 98 % et spécificité de 100 % par rapport à 65 cas détectés à la radiographie standard. Vingt-six masses pulmonaires (21 %) ont été détectés à l’échographie par rapport à 37 masses sur la TDM (sensibilité de 74 %). Trois masses médiastinales (2,50 %), huit foyers de condensation (6,5 %), deux pachypleurites (1,6 %), deux pneumothorax et 2 syndromes interstitiels ont aussi été visualisés. L’échographie thoracique a permis aussi de guider 72 gestes explorateurs dont 25 ponctions biopsies transpariétales (68 % des biopsies étaient contributives au diagnostic histologique), 50 ponctions pleurales dont 43 complétées par des biopsies pleurales (65 % des biopsies pleurales ont abouti aux diagnostics).

Conclusion

L’échographie thoracique est un outil primordial pour la détection et pour la surveillance de certaines pathologies pulmonaires, vu sa disponibilité, sa sécurité et son faible coût, mais elle reste une technique dépendante de l’expérience de son opérateur.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A125 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le test d’hyperoxie (100 % oxygène) a-t-il un intérêt en première intention dans la recherche d’un shunt ?
  • A.K. Sow, S. Delliaux, J. Guinde, J. Finance, F. Rey, A. Boussuges, A. Palot, M. Reynaud-Gaubert, F. Bregeon
| Article suivant Article suivant
  • Place du piégeage aérien déterminée par CVL-CVF dans l’évaluation de la distension pulmonaire
  • M. Martani, M.K. Bourahli, M.K. Boussouf, M. Bougrida

Déjà abonné à cette revue ?

;