S'abonner

Fibrose pulmonaire dans un contexte de téloméropathie avec mutation TERC - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.294 
K. Boussouf 1, , F. Serradj 2, R. Borie 3, C. Kannengiesser 4, F. Sicre De Fontbrune 5, A. Mokhtari 1, S. Lellou 1
1 Service de pneumologie, établissement hospitalier universitaire, Oran, Algérie 
2 Service d’hématologie et de thérapie cellulaire, établissement hospitalier universitaire, Oran, Algérie 
3 Service de pneumologie A, centre de compétence des maladies pulmonaires rares, DHU FIRE, Inserm, unité 1152, université Paris Diderot, hôpital Bichat, AP–HP, Paris, France 
4 Laboratoire de génétique, université Paris Diderot, hôpital Bichat, AP–HP, Paris, France 
5 Service d’hématologie greffe de moelle, CMRM aplasies médullaires, hôpital Saint-Louis, AP–HP, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Des mutations hétérozygotes du gène codant pour le composant ARN de la télomérase (TERC) sont retrouvées dans 3 % des fibroses pulmonaires familiales et sont encore plus rares dans les fibroses pulmonaires idiopathiques sporadiques.

Méthodes

Nous rapportons le cas d’un patient (pt) âgé de 32 ans, admis en pneumologie pour pneumopathie interstitielle diffuse (PID) chronique fibrosante au stade d’insuffisance respiratoire. Hémopathie chez le père et la sœur. Quatre ans auparavant, apparition de toux sèche, dyspnée d’effort d’aggravation progressive avec détérioration plus rapide durant la dernière année écoulée. À l’admission : dyspnée MMRC4, hippocratisme digital, râles crépitants aux 2 champs pulmonaires, canitie précoce. TDM thoracique : aspects de pneumopathie interstitielle commune aux bases et de fibro-élastose pleuroparenchymateuse aux sommets. NFS : thrombopénie, leucopénie. Biopsie médullaire : hypoplasie médullaire. Mutation somatique V617F de JAK2(+). Anticorps anti-Pm-SCL75(+), anti-SRP(+), anti-PL12(+), anti-cardiolipine(+), anti-BPI(+). Échodoppler hépatique : syndrome d’hypertension portale. NGS téloméropathie : mutation constitutionnelle hétérozygote de TERC. Pt traité par Danazol. Il a interrompu son traitement après 1 mois à cause de tachycardie mal tolérée. L’évolution était péjorative avec décès après 3 mois.

Résultats

Les aspects scanographiques et les manifestations extra-pulmonaires de ce pt témoignent du polymorphisme radio-clinique qui caractérise les téloméropathies. Afin d’éviter le retard diagnostique qui a été observé chez ce pt, une analyse génétique devrait être proposée dans des situations spécifiques incluant l’association d’une PID à une histoire personnelle ou familiale évocatrice de téloméropathie. L’évolution péjorative de ce pt concorde avec les données de la littérature. En effet, la survie chez les pts porteurs de mutations du complexe télomérase semble plus courte avec un déclin de la capacité vitale forcée plus important. Des données prospectives et rétrospectives récentes sont en faveur d’un bénéfice du Danazol sur les atteintes pulmonaire et hématologique ; chez notre pt la courte durée de prise du médicament ne nous permet pas d’évaluer la réponse thérapeutique.

Conclusion

Les PID dans un contexte évocateur de téloméropathies soulèvent de nombreux problèmes spécifiques, notamment en ce qui concerne le diagnostic génétique, les options thérapeutiques (antifibrotiques, Danazol, greffes pulmonaires ou médullaires) et le conseil génétique, ce qui rend primordial une prise en charge multidisciplinaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A140 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Sécurité d’emploi et tolérance du nintédanib chez les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) : données groupées de six essais cliniques
  • D. Valeyre, L.H. Lancaster, P. Hernandez, Y. Inoue, D. Wachtlin, L. Loaiza, S.C. Conoscenti, M. Quaresma, S. Stowasser, L. Richeldi
| Article suivant Article suivant
  • Effet du nintédanib sur la capacité d’effort chez les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) : résultats d’un essai de phase IIIb
  • B. Aguilaniu, L.H. Lancaster, C.S. Conoscenti, J. Iiowite, M. Trampisch, N. Moguikoc, L. Homik, M. Kaye

Déjà abonné à cette revue ?

;