S'abonner

Déterminants de la persistance d’événements résiduels chez les patients apnéiques traités par pression positive continue - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.034 
S. Bailly 1, N. Daabek 2, I. Jullian-Desayes 1, M. Joyeux-Faure 1, M. Sapene 3, Y. Grillet 4, J.C. Borel 2, R. Tamisier 1, J.L. Pepin 1,
1 EFCR, CHU (HP2 Inserm U1042), Grenoble, France 
2 Agiràdom, Meylan, France 
3 Nouvelle Clinique Bel Air, Bordeaux, France 
4 Cabinet privé de pneumologie, Valence, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La pression positive continue (PPC), traitement de référence du syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) a une efficacité démontrée sur les symptômes du SAOS, cependant son impact sur les comorbidités semble plus limité. Les différents contextes cliniques associés à la persistance d’événements résiduels sous PPC (index d’apnées hypopnées (IAH)>5/h) sont peu décrits. Nous faisons l’hypothèse que les comorbidités, le mode de vie, le type d’interfaces ou encore la sévérité du SAOS lors du diagnostic pourraient expliquer la survenue d’événements respiratoires persistants sous PPC.

Méthodes

Inclusion des patients ayant un SAOS modéré (IAH>15/h) avec une visite de suivi sous PPC datant de 1 mois à 3 ans dans le registre prospectif national “Observatoire Sommeil de la Fédération de Pneumologie”. La détermination des facteurs associés à une probabilité d’avoir un IAH>5/h sous PPC a été effectuée par un modèle de régression logistique.

Résultats

L’étude comprend 12 285 patients inclus entre janvier 2005 et mai 2018. Elle est composée majoritairement d’hommes (71 %), ayant une médiane d’âge de 58,2 ans (Intervalle interquartile : [49,8 ; 66,1]) ans, avec un indice de masse corporelle médian de 31,3 [27,7 ; 35,6] kg/m2 et un IAH initial médian de 38 [30 ; 55]/h. L’IAH résiduel médian observé sous PPC lors de la visite de suivi est de 2,7 [1,2 ; 5,0] événements/h La majorité des patients ont un IAH5/h (9573 (78 %)) et 22 % de patients ont un IAH>5/h. Les patients avec un IAH>5/h sont significativement moins adhérents à la PPC (5,75 [4,01 ; 7,00] versus 6,00 [4,53 ; 7,00] heures p<0,01). En analyse multivariée, les facteurs associés à un nombre d’événements résiduels sous PPC>5/h sont : l’âge, le sexe, la sédentarité, la sévérité du SAOS au diagnostic, les comorbidités cardiovasculaires (insuffisance cardiaque, arythmies), et le type d’interface (masque oro-facial vs masque nasal : OR=2,15 [1,95 ; 2,37]). Il existe une relation dose réponse entre l’IAH au diagnostic (>30/h) et le risque d’avoir un IAH>5/h.

Conclusion

Lors de l’instauration d’un traitement par PPC, il est essentiel d’identifier les contextes cliniques prédictifs de survenue d’événements résiduels afin de personnaliser les soins, la prise en charge des comorbidités, le type de pression positive (PPC versus ASV) et le choix de l’interface.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A16 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Anomalies respiratoires au cours du syndrome de Marfan
  • D. Maure, F. Doguet, M. Netchitailo, F. Portier, A. Cuvelier, M. Patout
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation de la VNI préopératoire en chirurgie thoracique carcinologique, étude randomisée contrôlée PREOVNI-GFPC 12,01
  • N. Paleiron, F. Grassin, C. Lancelin, C. Tromeur, J. Margery, H. Berard, A. Cuvelier, T. Egenod, F. Vinas, F. Gagnadoux, N. Venissac, C. Donzel-Raynaud, M. Kerjouan, L. Falchero, J. Le Treut, O. Tiffet, I. Pichon, A. Dion, C. Leroyer, R. Descourt, F. Couturaud

Déjà abonné à cette revue ?

;