S'abonner

Efficacité des inhibiteurs de checkpoint immunitaire dans le carcinome sarcomatoïde du poumon : données issues d’une cohorte française multicentrique - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.040 
C. Domblides 1, I. Monnet 2, J. Mazières 3, F. Barlési 4, V. Gounant 5, S. Baldacci 6, B. Mennecier 7, A.C. Toffart 8, C. Audigier-Valette 9, L. Doucet 10, E. Giroux-Leprieur 11, F. Guisier 12, C. Ricordel 13, O. Molinier 14, M. Pérol 15, E. Pichon 16, G. Robinet 17, D. Templement-Grangerat 18, A.M. Ruppert 19, N. Rabbe 20, M. Antoine 21, M. Wislez 22,
1 Service d’oncologie médicale, Bordeaux, France 
2 Service pneumologie, CHIC de Créteil, Paris, France 
3 Service pneumologie, hôpital de Rangueil, Toulouse, France 
4 Service oncologie, hôpital Nord, Marseille, France 
5 Service pneumologie, hôpital Bichat, Paris, France 
6 Service pneumologie, CHRU, Lille, France 
7 Service pneumologie, hôpital Civil, Strasbourg, France 
8 Service pneumologie, hôpital Nord, Grenoble, France 
9 Service pneumologie, CH Sainte Muse, Toulon, France 
10 Service oncologie, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
11 Service pneumologie, hôpital Ambroise Paré, Paris, France 
12 Service pneumologie, hôpital Charles Nicolle, Rouen, France 
13 Service pneumologie, CHU de Rennes, Rennes, France 
14 Service pneumologie, hôpital, Le Mans, France 
15 Service pneumologie, centre Léon-Bérard, Lyon, France 
16 Service pneumologie, CHRU Bretonneau, Tours, France 
17 Service pneumologie, CHRU Morvan, Brest, France 
18 Service pneumologie, centre hospitalier Annecy-Genevois, Saint-Julien-en-genevois, France 
19 Service pneumologie, AP–HP, hôpital Tenon, Paris, France 
20 GRC 04 UPMC, hôpital Tenon, Paris, France 
21 Service de pathologie, AP–HP, Hôpital Tenon, Paris, France 
22 Service pneumologie, AP–HP, hôpital Tenon, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les inhibiteurs de checkpoint immunitaire (ICI) ont permis une nette amélioration du pronostic dans le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC). Des données préalables ont montré que l’expression de PD-L1 et l’infiltrat immunitaire étaient élevés dans les carcinomes sarcomatoïdes (CS), un type histologique rare associé à un mauvais pronostic. Cette étude vise donc à évaluer de manière rétrospective l’efficacité des ICI dans le CS.

Méthodes

Tous les patients consécutifs avec un diagnostic confirmé (relecture centralisée) de CS de stades III/IV et ayant reçu au moins une dose d’ICI entre 2011 et 2017 ont été inclus. L’expression de PD-L1 était positive lorsqu’elle était supérieure à 1 %.

Résultats

Quarante-deux centres ont participé, et 27 ont inclus 39 patients. Au diagnostic, les patients étaient principalement des hommes (81 %), fumeurs actifs (41 %) ou sevrés (53,8 %), d’âge médian 63,2 ans [36,8–84,6]. Le PS était de 0–1 pour 71,8 % des patients. Une analyse moléculaire a été réalisée sur 16 tumeurs (48,8 %) : 38,7 % mutées KRAS, 7,7 % mutées MET exon 14 et 2,6 % mutées EGFR. La quasi-totalité des patients (94,9 %) ont reçu une chimiothérapie à base de platine avant l’ICI, qui était administré en 1e/2e/3e lignes dans respectivement 5,1 %/51,3 %/43,6 %. Les patients ont reçu du nivolumab (87,2 %), pembrolizumab (7,7 %) ou atézolizumab (5,1 %) (durée médiane : 4,5 mois [0,5–24]). Le taux de réponse objective (TRO) était de 38,5 %, le taux de contrôle de la maladie (TCM) de 61,6 % et le taux de progression de 30,8 %. La principale raison d’arrêt du traitement était la progression (69,2 %), avec une médiane de survie sans progression (SSP) de 4,6 mois [0,3–24,1] et un taux de SSP à 1 an de 10,3 % (4/39). Cinq patients (12,8 %) sont décédés avant la 1e évaluation (médiane : 0,6 mois [0,26–1,51]). La survie médiane était de 20 mois [1,7–61,7]. Dix-huit patients (46,1 %) ont reçu un traitement après l’ICI (chimiothérapie (n=15) ou ITK (n=3)) avec 55,5 % de progressions, 27,8 % de stabilisations et pas de réponse partielle. Le statut PD-L1 a été évalué dans 18 tumeurs (46,1 %). Les TRO et TCM étaient respectivement de 53,3 % (8/15) et 66,7 % (10/15) chez les PD-L1+, et 33,3 % (1/3) pour les 2 critères chez les PD-L1−. Il n’y avait pas de différences en termes de réponse et de survie en fonction du statut KRAS.

Conclusion

Les patients atteints de CS pourraient donc bénéficier d’un ICI. Nous collectons actuellement les échantillons tumoraux pour évaluer la corrélation entre la réponse et le statut PD-L1.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A19-A20 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Efficacité et tolérance du brigatinib chez des patients pris en charge pour un cancer bronchopulmonaire non à petites cellules avec translocation ALK en France. Étude BRIGALK
  • R. Descourt, M. Pérol, G. Rousseau-Bussac, D. Planchard, B. Mennecier, M. Wislez, A. Cortot, F. Guisier, L. Galland, R. Gervais, E. Dansin, R. Schott, J. Arrondeau, C. Dujon, J. Madelaine, G. Jeannin, O. Bylicki, C. Daniel, D. Spaeth, J.B. Auliac, C. Chouaïd
| Article suivant Article suivant
  • Impact des images radiologiques alvéolo-interstitielles pré-thérapeutiques sur le développement des pneumopathies induites par l’immunothérapie chez les patients atteints de cancer bronchique non à petites cellules
  • F. Jean, L. Greillier, M. Boucekine, J.Y. Gaubert, U. Scemama, C. Falque, M. Grangeon, S. Chaleat, M. Souquet-Bressand, P.H. Aussedat, J. Bermudez, Y. Trigui, T. Laurendon, A. Jeanson, F. Barlesi, P. Tomasini

Déjà abonné à cette revue ?

;