S'abonner

Impact de la biopsie pulmonaire chirurgicale sur la fonction respiratoire dans la fibrose pulmonaire idiopathique - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.104 
P.H. Aussedat 1, , N. Chebib 1, K. Ahmad 1, J.C. Glerant 2, J.M. Maury 3, M. Nasser 1, F. Thivolet-Bejui 4, J. Traclet 1, S. Turquier 2, L. Chalabreysse 4, F. Tronc 3, V. Cottin 1
1 Service de pneumologie, Centre national de référence des maladies pulmonaires rares, Groupement Hospitalier Est, Hospices civils de Lyon, Lyon, France 
2 Service d’EFR, Groupement Hospitalier Est, Lyon, France 
3 Service de chirurgie thoracique, Groupement Hospitalier Est, Lyon, France 
4 Centre de pathologie Est, Lyon, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) est une maladie pulmonaire rare et grave caractérisée par un déclin progressif de la fonction respiratoire. Dans 10 à 30 % des cas, la biopsie pulmonaire vidéo-chirurgicale (BPC) est nécessaire au diagnostic. Le but de notre étude était d’évaluer l’impact de la BPC sur la fonction respiratoire dans la FPI ainsi que la morbi-mortalité de ce geste.

Méthodes

Il s’agit d’une étude observationnelle, rétrospective, monocentrique, réalisée dans un centre spécialisé. Le critère de jugement principal était la variation de la capacité vitale forcée (CVF) avant et après la BPC. Les critères de jugement secondaires étaient l’évolution du VEMS, de la CPT, de la DLCO et l’analyse de la morbi-mortalité de la BPC. Pour tous les patients ayant eu une BPC entre mars 2007 et mars 2017, les données cliniques et fonctionnelles respiratoires provenant des EFR les plus proches de la biopsie, avant et après la biopsie, ainsi que les complications, ont été recueillies.

Résultats

Sur les 118 patients porteurs de FPI diagnostiquée par biopsie dont les données ont été analysées, la comparaison des EFR réalisées avant et après la biopsie retrouvait une diminution relative de la CVF de 4,1 % (p<0.001). Les patients qui étaient en exacerbation de FPI lors de la BPC étaient exclus de l’analyse. La diminution était en moyenne de 162±390mL en 202 (61–691) jours, soit une diminution annualisée de 363±764mL/an. On retrouvait également une diminution significative du VEMS, de la CPT et de la DLCO après la BPC. Des complications suivant la BPC sont survenues chez 14,4 % des patients et la mortalité postopératoire était de 1,7 % à un mois, dont 50 % chez des patients ayant une CVF<70 % ou une DLco<40 %.

Conclusion

Au cours de la FPI, la CVF diminue de manière significative après une BPC, mais cette diminution n’a pas été comparée formellement à la diminution moyenne en l’absence de traitement et de biopsie. La survie à 1 an et la survie globale sont significativement moins bonnes lorsque celle-ci est effectuée chez des patients avec une CVF altérée lors de la chirurgie, sans qu’il soit possible d’incriminer la biopsie dans cette étude non contrôlée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A55-A56 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation pronostique de la pneumopathie infiltrante diffuse : étude prospective chez 72 patients
  • K. Ayed, A. Chaker, S. Mokaddem, K. Kchaou, I. Hadj Khalifa, S. Ben Khamsa
| Article suivant Article suivant
  • Apport de la discussion multidisciplinaire pour le diagnostic de sarcoïdose cardiaque
  • S. Chauveau, F.X. Goudot, P.Y. Brillet, M. Soussan, O. Freynet, C. Meune, D. Valeyre, H. Nunes, D. Bouvry

Déjà abonné à cette revue ?

;