S'abonner

Analyse d’une base de données nationale de dysfonctionnements de ventilateurs de domicile - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.141 
S. Dolidon 1, B. Melloni 1, J.F. Chabot 2, D. Foret 3, J. Dupuis 4, E. Tesnier 5, G. Petit 6, J.F. Muir 7, A. Cuvelier 7, M. Patout 8,
1 University of Limoges, respiratory department, CHU, Limoges, France 
2 Département de pneumologie, Université de Lorraine, CHU, Nancy, France 
3 Fédération Antadir, Maison du Poumon, Paris, France 
4 ADIR Assistance, Asten Santé, Isneauville, France 
5 ÉTIALIS SAS, Paris, France 
6 ADIR Assistance, Asten Santé, Paris, France 
7 UNIRouen, EA3830-GRHV, Institute for Research and Innovation in Biomedicine (IRIB) and Rouen University Hospital, Service de pneumologie, oncologie thoracique et soins intensifs respiratoires, Rouen, France 
8 Service de pneumologie, oncologie thoracique et soins intensifs respiratoires, Rouen, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le nombre de patients traités par ventilation à domicile est en augmentation. La fiabilité des ventilateurs n’est pas connue de façon précise. L’objectif principal de notre travail est de rendre compte de l’incidence annuelle des dysfonctionnements des ventilateurs. L’objectif secondaire est de décrire les incidents, d’expliquer comment et quand ces incidents surviennent, et de rendre compte des conséquences des hospitalisations induites par les défaillances des ventilateurs, dans un sous-groupe de notre population.

Méthodes

Nous avons exploité une cohorte nationale réalisée par l’ANTADIR en collectant de manière prospective tous les incidents qui sont survenus sur les ventilateurs de domicile, et qui sont gérés par 25 services d’aide de retour à domicile, de 2003 à 2017.

Résultats

Quatre mille quatre cents quarante-cinq ventilateurs ont été achetés par l’ANTDIR. Neuf cent vingt-neuf dysfonctionnements de ventilateurs ont étés traités. Les incidents ont été classifiés en sévères (n : 45, 5,8 %), modérés (n : 105, 11,3 %) ou légers (n : 779, 82,9 %). Le taux de dysfonctionnement était de 0,47 % par an [0,39–0,61]. Les incidents sévères avaient plus de risque de survenir pour les ventilateurs support de vie : RR : 5,94 [95 % CI : 4,83 to 7,30] (p<0,001). Les incidents sévères se sont produits sur les ventilateurs qui ont été utilisés plus longtemps que pour les incidents modérés ou légers (p<0,001). Les dysfonctionnements les plus fréquemment rapportés sont : les arrêts inopinés (n : 177, 19,1 %), les dysfonctionnements de l’alimentation (n : 153, 16,5 %), et les pannes de turbines (n : 115, 12,4 %). Dans notre analyse de sous-groupe, 10,6 % des incidents ont entraîné une hospitalisation.

Conclusion

Les ventilateurs de domicile sont fiables mais nécessitent un suivi régulier.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A74 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Efficacité d’une pression positive continue portable sur la commande ventilatoire et la capacité à l’effort chez les patients ayant un collapsus excessif des voies aériennes
  • M. Patout, E. Lhuillier, G. Kaltsakas, N. Hart, P.B. Murphy
| Article suivant Article suivant
  • Effets secondaires de la VNI à domicile
  • M. Patout, G. Jolly, K. El Husseini, M. Le Brun, M. De Marchi, J. Pierchon, D. Gervereau, M.Z. Gharsallaoui, A. Cuvelier

Déjà abonné à cette revue ?

;