S'abonner

Stratégie antibiotique dans les pleurésies purulentes en pédiatrie : recherche d’un consensus par méthode DELPHI - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.149 
M.C. Leoni 1, F. Madhi 1, C. Jung 1, C. Delestrain 1, G. Mangiapan 2, R. Epaud 1,
1 Service pédiatrie, Créteil, France 
2 Service Pneumologie, Créteil, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’évolution de l’épidémiologie microbienne des infections pleuropulmonaires compliquant une pneumonie communautaire a entraîné une modification du traitement antibiotique empirique ou ciblé dans les pleurésies purulentes chez l’enfant. Les trois pathogènes principalement en cause sont le Streptococcus pneumoniae, le Staphylococcus aureus et le Streptococcus de groupe A.

Méthodes

Notre étude s’est basée sur une revue de la littérature qui a permis la rédaction d’un questionnaire selon la méthode DELPHI adressé à des experts (pneumo-pédiatres et infectiologues pédiatres) en France à fin d’essayer de trouver un consensus concernant le traitement antibiotique (médical conservateur) des pleurésies purulentes en âge pédiatrique. Dans le 1er tour, 33 questions ont été proposées concernant la prise en charge initiale notamment le choix d’antibiotique de première intention, la posologie, les choix antibiotiques en fonction du résultat de l’examen direct et en suite de la culture pleurale, l’antibiothérapie en fonction de la présence de signes de gravité cliniques et/ou biologiques, l’utilité d’instaurer un relais oral et l’indication éventuelle d’un drainage chirurgical. L’objectif du 2e tour a été de reprendre les items qui n’avaient pas trouvé de consensus initial suite au 1er tour et de permettre aux experts de commenter et/ou de justifier leur choix thérapeutique. Une question qui a obtenu une réponse identique pour 70 % des experts a été considérée comme consensuelle, selon les critères de la méthode DELPHI.

Résultats

Notre travail a montré qu’en absence de signes cliniques de gravité, la prescription d’une monothérapie par voie intraveineuse est consensuelle mais qu’il n’existe pas de consensus sur le choix de la molécule à utiliser amoxicilline ou amoxicilline-acide clavulanique. L’adaptation du traitement aux résultats des prélèvements, le recours non automatique d’une association d’antibiotiques notamment les macrolides, la nécessité d’un relais par voie orale ainsi que l’absence d’impact du drainage sur le contrôle de l’infection font l’objet d’un consensus. À l’inverse, après le second tour de DELPHI, il persiste une absence de consensus sur la durée de l’antibiothérapie intraveineuse et le traitement des pleurésies sévères notamment à staphylocoque.

Conclusion

Le résultat de ce travail souligne l’importance de la réalisation de nouvelles recommandations françaises actuellement en cours.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A77-A78 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Amélioration de la prise en charge par l’évaluation des pratiques : exemple de la mise en place de la sédation vigile dans une unité d’endoscopie bronchique
  • I. Mejri, A. Boudjemaa, F. Viñas, Q. Gibiot, G. Rousseau-Bussac, B. Maître, B. Housset, G. Mangiapan
| Article suivant Article suivant
  • SPOT : Score prédictif de Pneumothorax secondaires aux pOnction-biopsies Transthoraciques pulmonaires scanno-guidées. Étude rétrospective
  • J. Hamam, F. Grillet, A. Guillien, P. Manzoni, J. Behr, J.C. Dalphin

Déjà abonné à cette revue ?

;