S'abonner

Thoracoscopie médicale guidée par l’imagerie thoracique : radiographie du thorax en décubitus latéral ou échographie thoracique ? - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.156 
K. Thiam 1, , S. laroumagne 2, J. guinde 3, V. Bourinet 2, J. Berbis 4, N.O. Touré 5, H. Dutau 6, P. Astoul 7
1 Service oncologie thoracique, maladies de la plèvre, pneumologie interventionnelle, Service de pneumo-phtisiologie, Dakar, Sénégal 
2 Service oncologie thoracique, maladies de la plèvre, pneumologie interventionnelle, Marseille, France 
3 Service oncologie thoracique, maladies de la plèvre, pneumologie interventionnelle, Aix-Marseille Université, Marseille, France 
4 Aix-Marseille Université, Marseille, France 
5 Service de pneumo-phtisiologue du CHNU de Fann, Marseille, France 
6 Service oncologie thoracique, maladies de la plèvre, pneumologie interventionnelle, Dakar, Sénégal 
7 Service oncologie thoracique, maladies de la plèvre, pneumologie interventionnelle, Aix-Marseille Université, Marseille, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les bonnes pratiques actuelles pour la réalisation d’une thoracoscopie recommandent le repérage de la porte d’entrée par l’imagerie thoracique afin d’identifier les adhérences et les zones symphysées pour diminuer les complications notamment les saignements. Si l’échographie thoracique (ET) est actuellement la pierre angulaire de cette évaluation, elle n’est pas encore réalisée de principe et notamment dans certains pays francophones. Nous avons mené cette étude pour comparer les performances de la radiographie thoracique en décubitus latéral (RTDL) et de l’échographie thoracique (ET) dans la prédiction des adhérences pleurales.

Méthodes

Étude transversale, descriptive et analytique de novembre 2015 à avril 2017 portant sur des dossiers colligés de façon consécutive à partir d’une base de données institutionnelle. Il s’agissait de dossiers de patients qui présentaient un épanchement pleural, qui avaient bénéficié d’une RTDL suivie d’une ET au préalable d’une thoracoscopie médicale (TM). La sensibilité diagnostique, la spécificité, la valeur prédictive positive (VPP), la valeur prédictive négative (VPN) et la précision pour les deux examens ont été calculées. Les données étaient saisies sur un fichier Excel puis transférées sur un logiciel Epi Info TM pour être analysées.

Résultats

Soixante-six ont été inclus en 26 mois. L’âge moyen était de 67,6 ans. La sex-ratio était de 2,14. La sensibilité d’une opacité segmentée sur une RTDL dans la prédiction de cloisons intra-pleurales était de 63,4 % et sa spécificité de 44,0 %. Sa valeur prédictive positive était de 65 %, sa valeur prédictive négative de 42,3 % et sa précision diagnostique de 56,1 %. La sensibilité de l’ET dans la prédiction de cloisons intra-pleurales était de 92,7 % et sa spécificité de 84,0 %. Sa valeur prédictive positive était de 90,5 %, sa valeur prédictive négative de 87,5 % et sa précision diagnostique de 89,4 %.

Conclusion

L’analyse des données a montré que l’ET est supérieure à la RTDL dans la prédiction des adhérences pleurales. L’utilité de l’ET justifie la nécessité de la mettre en place dans tous les centres de prise en charge des pathologies pleurales, accompagnée de la formation des pneumologues à sa pratique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A81 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Apport de la formation par simulation haute-fidélité en pneumologie
  • L. Boussoffara, S. Bouchareb, N. Boudawara Keskes, I. Touil, A. Omrane, A. Zaafouri, J. Knani
| Article suivant Article suivant
  • Influence de la distension pulmonaire sur le contrôle de l’asthme
  • M. Bougrida, M. Martani, M.K. Boussof, B. Benzouid, W. Bouzekri, M.K. Bourahli

Déjà abonné à cette revue ?

;