S'abonner

Profil épidémiologique des asthmatiques de la région saharienne de Guelmim Oued Noun - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.182 
H. Janah 1, , M. Hmidi 1, R. Bouchentouf 2
1 5e hôpital militaire, Guelmim, Maroc 
2 Service de pneumologie, FMPM, université Cadi Ayyad, Marrakech, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’asthme est une maladie multifactorielle pour laquelle il est difficile de distinguer les causes et les facteurs déclenchants. Le contrôle de l’asthme est cependant complexe car plusieurs facteurs influencent ce contrôle. Les objectifs de notre étude sont : décrire le profil épidémiologique et thérapeutique des sujets asthmatique âgés plus de 15 ans de la région de Guelmim Oued Noun. Évaluer le contrôle de l’asthme dans la région. Déterminer les facteurs de non-contrôle de l’asthme.

Méthodes

Étude transversale, descriptive et analytique étalée sur une période de 6 mois allant du 1er septembre 2017 au 28 février 2018. La collecte des données a été établie en mode face à face, à l’aide d’un questionnaire réparti en plusieurs sections.

Résultats

Deux cent asthmatiques ont été inclus ayant un âge moyen de 42 ans. Les hommes représentaient 44 % et les femmes 56 % avec un sex-ratio de 0,79. Les patients sans profession représentaient 47 %. 64 % des cas, avaient un niveau socio-économique moyen et 34 % un niveau bas, alors que ceux ayant un haut niveau ne représentaient que 2 %. 40 % des patients étaient des analphabètes. Trente-cinq pour cent des patients étaient obèses et 32 % en surpoids. Vingt et un pour cent des cas rapportaient la notion de tabagisme passif et 14 % étaient des fumeurs actifs. Les principaux facteurs de risque trouvés étaient l’atopie (la rhinite d’allergique chez 82 % et la conjonctivite allergique chez 76 % des cas), le reflux gastro-œsophagien (RGO) dans 41 % des cas la sinusite chronique dans 33 % des cas, l’intolérance aux AINS ou à l’aspirne dans 17 % des cas. La poussière était le principal facteur déclenchant (81 %) suivie par les épisodes infectieux (76 %), le froid et le brouillard (72 %), la fumée (66 %), l’effort (66 %), les produits caustiques (62 %) et les médicaments (10 %). L’asthme était intermittent chez 6 % des cas, persistant léger chez 56 %, persistant modéré chez 34 % et persistant sévère chez 4 % des cas. Le bilan complémentaire le plus prescrit était la radiographie du thorax (75 %) puis les EF (61 %), les NFS (26 %) et les tests cutanés allergologiques (20 %). L’asthme était contrôlé chez 59 % des patients, partiellement contrôlé chez 32 % et non contrôlé chez 9 % des cas.

Conclusion

Les conditions climatologiques de la région, le bas niveau de scolarisation, le bas niveau socioéconomique, le surpoids et l’obésité, l’irrégularité du suivi médical, l’automédication ont été les principales causes de mauvais contrôle de l’asthme.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A91-A92 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’effet du mépolizumab sur le taux d’exacerbations chez les patients avec un asthme sévère éosinophilique en fonction de leur éligibilité et utilisation antérieure d’omalizumab
  • M. Humbert, D. Bratton, S. Yancey, E. Bradford, M.C. Liu, S. Hozawa, F. Albers, A. Gruber
| Article suivant Article suivant
  • Quelles sont les caractéristiques des patients asthmatiques sévères traités par omalizumab ? Étude FASE
  • C. Nocent Ejnaini, C. Raherison-Semjen, A. Prudhomme, J.P. Oster, C. Maurer, D. Coëtmeur, B. Lemaire, T. Didi, E. Parat, L. Portel

Déjà abonné à cette revue ?

;