S'abonner

Asthme allergique à l’île de La Réunion : les phénotypes - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.194 
B. Omarjee 1, , B. Gregoire-Krikorian 2, S. Kah 3, F. Law-Ki 4, J.F. Vellin 5
1 Consultation des pathologies respiratoires de l’allergie et du sommeil, Saint-Denis, Réunion 
2 Cabinet de dermatologie, Saint-Denis, Réunion 
3 Cabinet de pédiatrie, Sainte-Clotilde, Réunion 
4 Cabinet d’ophtalmologie, Saint-Denis, Réunion 
5 Cabinet d’ORL, Saint-Denis, Réunion 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le phénotypage de l’asthme est une voie de recherche en pleine évolution et un consensus général pour définir chaque phénotype doit encore être établi. Cette étude a pour but le phénotypage du patient allergique et d’optimiser la prise en charge de l’asthme à l’île de La Réunion.

Méthodes

Étude rétrospective sur 5 ans (janvier 2012–décembre 2017) incluant 1252 dossiers de patients allergiques (âge moyen 19±9,5) suivis à notre consultation. Les critères d’inclusion sont un test cutané positif et/ou un dosage d’IgE spécifique positif selon la technique RAST. Les prick-tests (PT) sont positifs 1176 patients (94 %) avec une mono-sensibilisation chez 62 % des patients.

Résultats

Notre étude a permis de distinguer un large éventail de phénotype : prédominance masculine dans 57 % des cas, une atopie familiale dans 64 % avec un antécédent d’asthme dans 46 %. L’atopie personnelle est présente dans 77 % des cas. La moyenne d’âge de début de la symptomatologie est de 16 ans. Les PT sont positifs aux acariens 87 %, blattes 32 %, graminées 16 %, poils de chats 9 %, moisissures 8 %, herbacées 7 %, arbres 5 % et plumes 4 %. L’asthme est retrouvé chez 840 patients (71 %) : isolé chez 231 (20 %), associé à une rhino (RH) – conjonctivite (CONJ) chez 304 (26 %), à une RH chez 229 (19 %), à une CONJ 62 (5 %), à un eczéma (ECZ) sévère 7 (1 %) et à une RH-CONJ et un ECZ dans 24 cas (2 %). L’asthme est persistant chez 734 patients dont 31 % léger, 62 % modéré et 7 % sévère.

Conclusion

La sensibilisation allergique est très répandue chez le sujet jeune à l’île de La Réunion. Le phénotypage des asthmatiques allergiques est primordiale pour reconnaître les facteurs de risque et pour intervenir dans une phase précoce.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A96 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Bromure de glycopyrronium (BG) en particules extrafines en addition au dipropionate de béclométasone (DPB)/fumarate de formotérol (FF) chez les patients asthmatiques non contrôlés
  • A. Bachiri
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation des connaissances des médecins du centre hospitalier universitaire de Libreville sur la broncho-pneumopathie chronique obstructive
  • U.D. Kombila, D. Mounguengui, J.R. Mackanga, R. Boukou Moussavou, J. Iba Ba, J.B. Boguikouma

Déjà abonné à cette revue ?

;