S'abonner

BPCO et cancer bronchique - 29/12/18

Doi : 10.1016/j.rmr.2018.10.196 
M.A. Bennani 1, , A. Zaoui 1, A. Megaiz 2, A. Bousahba 2
1 Service de pneumologie B, Oran, Algérie 
2 Service oncologie, Oran, Algérie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le cancer bronchique et la BPCO sont deux pathologies les plus fréquentes et les plus meurtrières. En dehors de leur lien commun avec le tabac de nombreux travaux apportent des arguments en faveur d’une intrication de ces deux pathologies notamment d’anomalies génétiques et épigénétiques communes.

Objectifs

Dépister et mesurer la prévalence de la BPCO chez les patients suivis pour cancer bronchique primitif (CBP). Déterminer les caractéristiques cliniques, biologiques, fonctionnelles et radiologiques des malades suivis pour ces deux affections.

Méthodes

Étude prospective faite en concertation entre pneumologues et oncologues chez les nouveaux cas de CBP, une spirométrie et un test de réversibilité aux bêtamimétiques ont été pratiqués, les données cliniques, radiologiques et anatomopathologiques ont été analysés.

Résultats

Cent sept patients atteints de CBP ont été inclus dans cette étude depuis janvier 2018, la moyenne d’âge était de 61,7±10 ans, la prévalence de la BPCO était de 30,8 % soit 33 patients, seulement 15 malades étaient connus et suivis pour BPCO, tout les patients BPCO étaient de sexe masculin, 100 % des patients étaient fumeurs ou ex-fumeurs, 12 % avaient des antécédents familiaux de cancer, l’aspect du télethorax et la TDM thoracique étaient évocateur de la BPCO chez 82 % des patients, l’obstruction bronchique était au stade 2 et au stade 3 pour 27 % et 49 % des patients respectivement, le stade de la dyspnée selon l’échelle mMRC était2 chez 55 % des patients, la répartition de la BPCO selon la classification GOLD 2017 : grade A : 30 %, grade B : 40 %, grade C : 18 %, grade D : 12 %. Le type histologique prédominant était le CNPC 88 % suivi du CPC 12 %.

Conclusion

L’amélioration de la prise en charge de ces deux maladies au pronostic très péjoratif passe par un dépistage précoce et un décryptage plus poussé de leur physiopathologie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 36 - N° S

P. A96-A97 - janvier 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation des connaissances des médecins du centre hospitalier universitaire de Libreville sur la broncho-pneumopathie chronique obstructive
  • U.D. Kombila, D. Mounguengui, J.R. Mackanga, R. Boukou Moussavou, J. Iba Ba, J.B. Boguikouma
| Article suivant Article suivant
  • L’anémie facteur pronostique sous-estimé dans la BPCO : série de cas avec revue de la littérature
  • K. Bouytse, S. Hammi, M. Soualhi, K. Marc, R. Zahraoui, J. Benamor, J.E. Bourkadi

Déjà abonné à cette revue ?

;