S'abonner

Paramètres cliniques prédictifs du déclin de la fonction respiratoire chez les BPCO - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.206 
N. Belloumi 1, , M. Hamdi 1, I. Bachouch 1, M. Bougacha 1, H. Baili 1, F. Chermiti Ben Abdallah 1, S. Fenniche 2
1 Tunis, Tunisie 
2 Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La BPCO est caractérisée par déclin plus accéléré inéluctable de la fonction respiratoire, conduisant vers une insuffisance respiratoire chronique obstructive. Le but est d’évaluer le déclin annuel des volumes mobilisables chez les sujets atteints de BPCO et analyser sa corrélation avec la sévérité de la dyspnée d’effort ou le profil « exacerbateur fréquent ».

Méthodes

Il s’agissait d’une étude prospective sur une cohorte de 81 patients suivis durant 3 ans allant de juillet 2016 à juillet 2019 pour BPCO confirmée. Tous les patients ont eu une évaluation clinique et une spirométrie lors de l’inclusion en 2016 et en 2019.

Résultats

L’âge moyen est de 66,3±8,2 ans. Un tabagisme actif est trouvé dans 52 % des cas, 48 % des patients étaient sevrés durant toute la période d’étude. En 2016, 47 % étaient au stade II, 40 % au stade III et 13 % au stade IV. La classe GOLD D incluait 59 % des patients. Initialement, le volume expiré maximum à la 1re seconde (VEMS) était en moyenne égal à 1359mL. La capacité vitale forcée (CVF) moyenne était de 2470mL. Le déclin moyen de VEMS et de la CVF en 3 ans était respectivement de 180mL et 195mL soit un déclin annuel de 60mL et de 65mL. L’ancienneté de la maladie, le score mMRC à l’inclusion et le stade spirométrique n’étaient pas des éléments prédictifs d’un déclin accru de la fonction ventilatoire. Pour les fumeurs actifs, le déclin annuel de VEMS était de 70mL vs 43mL pour les tabagiques sevrés (p=0,003). Les patients exacerbateurs fréquents avaient un déclin annuel de VEMS de 98mL vs 36mL pour les non exacerbateurs (p=0,006).

Conclusion

L’évolution de la BPCO est marquée par un déclin accéléré de la fonction respiratoire. La persistance du tabagisme et le risque d’exacerbation étaient deux déterminants significatifs de l’aggravation de la limitation des débits aériens.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 101 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le bénéfice sur les exacerbations selon le taux d’éosinophiles sanguins avec l’inhalateur doseur (ID) budésonide/glycopyrronium/formotérol (BGF) à deux niveaux de dose de CSI dans l’étude ETHOS : une analyse en sous-groupe
  • R. Klaus, M. Fernando, F. Gary, W. Chen, S. Dave, W. Jadwiga, T. Roopa, S.R. Earl, B. Shaila, M. Julie, D. Patrick, A. Magnus, R. Colin, D. Paul
| Article suivant Article suivant
  • Impact de l’éosinophilie sanguine sur l’évolution de l’exacerbation aiguë de BPCO
  • T. Znegui, S. Majdoub Fehri, M. Khrouf, N. Fezai, F. Sghaier, H. Kwass

Déjà abonné à cette revue ?