S'abonner

La pollution aux biocombustibles : facteur de risque de BPCO et de carcinome bronchogénique - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.210 
M. Zerraa , N. Zaghba, H. Benjelloun, N. Yassine
 CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le rôle de la pollution dû aux biocombustibles a été reconnu par l’OMS comme facteur de risque de BPCO, en particulier chez les femmes non tabagiques vivant en milieu rural. L’objectif de notre étude est d’évaluer l’impact de l’exposition aux biocombustibles sur l’apparition de BPCO et de carcinome bronchogénique. Le rôle de la pollution dû aux biocombustibles a été reconnu par l’OMS comme facteur de risque de BPCO, en particulier chez les femmes non tabagiques vivant en milieu rural. L’objectif de notre étude est d’évaluer l’impact de l’exposition aux biocombustibles sur l’apparition de BPCO et de carcinome bronchogénique.

Méthodes

Nous avons mené une étude rétrospective portant sur 68 patients non tabagiques exposés à la fumée des biocombustibles admis pour BPCO et/ou carcinome bronchogénique entre janvier 2017 et juin 2020 au service des maladies respiratoires du CHU Ibn Rochd de Casablanca. Les patients tabagiques ou exposés au tabagisme passif ont été exclus de cette étude.

Résultats

La moyenne d’âge était de 59 ans (extrêmes 39–72 ans). Une nette prédominance féminine était notée dans 89 % des cas. Toutes les femmes demeuraient en milieu rural et étaient exposées à la fumée de bois (cuisson au feu de bois dans 96 % des cas, chauffage au bois dans 17 % des cas), par contre les hommes étaient exposés dans un cadre professionnel (grillade traditionnelle et chauffeur de chaudière de bain maure dans trois cas chacun et charbonnier dans deux cas). La durée moyenne d’exposition était de 28 ans. La symptomatologie était faite d’une toux sèche chronique dans 61 % des cas, associée à des hémoptysies dans 20 % des cas, et une dyspnée d’effort dans 40 % des cas. La spirométrie réalisée chez 50 % des patients a révélé un syndrome des petites voies aériennes dans 13,5 % des cas et un trouble ventilatoire obstructif irréversible dans 34 % des cas, modéré dans 24 % des cas et sévère dans 9 % des cas. La tomodensitométrie a révélé un processus tissulaire d’allure tumorale chez 74,8 % des patients. Il s’agissait d’un adénocarcinome pulmonaire primitif dans 47 % des cas et d’un carcinome épidermoïde dans 29 % des cas. Dans les autres cas, le diagnostic histologique n’a pas été porté en raison de l’état général altéré.

Conclusion

Nous insistons à travers cette étude sur la relation de cause à effet entre l’exposition aux fumées des biocombustibles et la présence de BPCO et carcinome bronchogénique chez les personnes exposées et notamment les femmes vivant en milieu rural ou semi-urbain.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 103 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • INTREPID : efficacité clinique de Fluticasone Furoate/Umeclidinium/Vilanterol (FF/UMEC/VI) en inhalateur unique versus triples thérapies en inhalateurs multiples en pratique clinique quotidienne
  • D.M. Halpin, S. Worsley, A.S. Ismaila, J. Astrom, K.M. Beeh, D. Brintziki, V. Di Boscio, J. Kocks, J.M. Marin, M. Tabberer, N.G. Snowise, C. Compton, L. Saïl
| Article suivant Article suivant
  • Les aspects scanographiques de la BPCO
  • A. Fahmi, A. Boumehdi, H. Arfaoui, H. Jabri, W. Elkhattabi, H. Afif

Déjà abonné à cette revue ?