S'abonner

Profil épidémiologique, clinique et évolutif des cancers bronchiques révélés par un syndrome de Pancoast–Tobias - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.262 
I. Saidi , S. Aitbatahar, L. Amro
 Service de pneumologie, hôpital Arrazi, CHU Mohamed VI, Ucam, Marrakech, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le syndrome de Pancoast–Tobias représente un mode de révélation assez fréquent du cancer bronchique. Il est défini par l’association de névralgies cervicobrachiales (NCB) du territoire C8-D1, d’un syndrome de Claude-Bernard-Horner et d’une opacité apicale avec ou sans lyse costale et/ou vertébrale.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective portant sur les cas des cancers bronchiques révélés par un syndrome de Pancoast–Tobias au service de pneumologie du CHU Mohammed VI de Marrakech allant de juillet 2015 à janvier 2020.

Résultats

Au total, 28 dossiers ont été colligés. L’âge moyen de nos patients était de 55 ans. Tous nos malades étaient de sexe masculin. Quatre-vingt-cinq pour cent des patients étaient tabagiques chroniques avec une moyenne de 40 PA. La symptomatologie clinique était dominée par les névralgies cervicobrachiales dans 92,8 % des cas, la dyspnée d’effort dans 82 % et l’altération de l’état général dans tous les cas. Le syndrome de Claude Bernard-Horner était noté dans 82 % des cas. La radio de thorax avait montré une opacité apicale dans tous les cas, elle était associée à une lyse costale dans 82 % des cas et de localisation droite dans 68 % des cas. Le diagnostic était confirmé par ponction biopsie transpariétale scanoguidée dans 68 % des cas, par biopsie bronchique dans 28,5 % des cas et par biopsie ganglionnaire dans 3,5 % des cas. Le type histologique était dominé par l’adénocarcinome dans 60 % des cas. Le bilan d’extension avait révélé la présence de métastases ganglionnaires dans 17,8 % des cas, hépatiques dans 14,2 % des cas, osseuses dans 10,7 % des cas, cérébrales dans 7 % des cas et surrénaliennes dans 3,5 % des cas. La plupart de nos patients avaient reçu un traitement principalement palliatif, cependant un traitement à base chimiothérapie exclusive était proposé dans 46,4 % des cas.

Conclusion

Les tumeurs de l’apex constituent une entité particulière du cancer bronchique à l’origine d’une difficulté diagnostique et thérapeutique d’où l’intérêt d’un diagnostic précoce devant un syndrome de Pancoast–Tobias.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 127 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le cancer du poumon chez le tuberculeux au Maroc : étude descriptive
  • O. Erefai, A. Soulaymani, H. Hami
| Article suivant Article suivant
  • Quand et comment proposer la radiothérapie thoracique palliative pour les cancers pulmonaires en fin de vie ?
  • M. Bohli, D. Aissaoui, R. Ben Amor, J. Yahyaoui, A. Hamdoune, R. Moujahed, L. Kochbati

Déjà abonné à cette revue ?