S'abonner

Syndrome de Pancoast–Tobias malin - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.266 
Z. Hanyn , H. Benjelloun, N. Zaghba, N. Yassine
 Service des maladies respiratoires, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le syndrome de Pancoast–Tobias se définit comme une tumeur de l’apex pulmonaire, une lyse costale et/ou vertébrale, des névralgies cervicobrachiales et un syndrome de Claude-Bernard-Horner (ptosis, enophtalmie et myosis). Cette topographie aux confins thoraciques du cou et du membre supérieur explique la richesse et la variété de leur présentation clinique. Elle représente moins de 5 % des cancers bronchopulmonaires.

Méthodes

Le but de notre étude est de déterminer le profil épidémiologique, clinique et évolutif des cancers bronchiques révélés par ce syndrome. Nous rapportons une étude rétrospective portant sur 115 cas hospitalisés au service des maladies respiratoires du CHU Ibn Rochd de Casablanca entre juin 2005 et juin 2020.

Résultats

La moyenne d’âge était de 57 ans, avec une prédominance masculine (95 %). Le tabagisme était retrouvé dans 99 % des cas. Le délai moyen entre le début des symptômes et la prise en charge au service de pneumologie était de 4 mois. La symptomatologie clinique était dominée par les névralgies cervicobrachiales dans 80 % des cas, le syndrome de Claude Bernard-Horner était noté dans 23 % des cas. L’imagerie thoracique a objectivé un processus tumoral apical avec lyse costale dans 81 % des cas et une lyse du corps vertébral dans 20 % des cas. Le diagnostic était confirmé par la ponction biopsie transpariétale dans 64 % des cas, les biopsies bronchiques dans 20,2 % des cas, la biopsie ganglionnaire périphérique dans 11,5 % des cas, et la biopsie sous thoracotomie dans 4,3 % des cas. Le type histologique prédominant était l’adénocarcinome (72 %). Le traitement s’est basé sur la radio-chimiothérapie dans 75,6 % des cas, 8,7 % ont bénéficié d’une chirurgie après la radio-chimiothérapie, le traitement chirurgical seul chez huit malades soit 6,95 % et sur les soins palliatifs dans 17,39 % des cas. L’évolution était bonne dans 42 % des cas traités.

Conclusion

Le syndrome de Pancoast–Tobias est une des manifestations cliniques révélant un carcinome bronchogénique dans la plupart des cas, et donc sa rencontre en consultation devrait tirer la sonnette d’alarme afin de rapidement poser le diagnostic et donc de procéder à la thérapeutique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 129 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Particularités cliniques, radiologiques, histologiques et évolutives du carcinome bronchogénique chez la femme
  • C. Farissi, H. Benjelloun, N. Zaghba, N. Yassine
| Article suivant Article suivant
  • Profils épidémiologiques et prise en charge des atteintes pleurales et pulmonaires des cancers de l’enfant à l’unité d’oncologie pédiatrique du CHU de Treichville (Abidjan, Côte d’Ivoire)
  • A.T.J. Daix, K. Samaké, Z. Koné, A. Bakayoko, K. Domoua

Déjà abonné à cette revue ?