S'abonner

Consommation de soin des patients décédés par asthme entre 2013 et 2016 - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.019 
L. Guilleminault 1, , C. Conte 2, 3, A. Didier 1, N. Costa 3, 4, A. Sommet 2, 3
1 Pôle des voies respiratoires, service de pneumo-allergologie, Centre Hospitalo-Universitaire de Toulouse, Centre de physiopathologie de Toulouse Purpan, inserm U1043, CNRS UMR 5282, Université Toulouse III, F-CRIN, CRISALIS,, Toulouse, France 
2 Unité de pharmacologie clinique et médicale, Centre Hospitalo-Universitaire de Toulouse, Toulouse, France 
3 UMR Inserm 1027, Université de Toulouse III, 37 Allées Jules Guesde, 31000 Toulouse, France 
4 Unité d’Evaluation Médico-Economique, Centre Hospitalier Universitaire, Toulouse, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La mortalité par asthme a connu une franche diminution jusqu’au milieu des années 2000. Cependant, depuis plusieurs années, la mortalité par asthme ne diminue plus. Peu de données sont disponibles sur le profil des patients asthmatiques décédés par asthme. Le but de l’étude est de décrire les caractéristiques des patients asthmatiques décédés par asthme en France.

Méthodes

Une étude a été réalisée à partir des données issues du Système National de Données de Santé (SNDS) de l’assurance maladie et celles des causes de décès du CépiDC. Les patients décédés entre 2013 et 2016 ont été identifiés dans le CépiDC par les codes de CIM10: J45 (Asthme) et J46 (Etat de mal asthmatique). Une extraction des données de consommation de soin de ces patients a été réalisée à partir du SNDS de 2011 à 2016 afin de disposer de 2 ans d’antériorité. Une analyse économique va également être réalisée en fonction des différents parcours de soins identifiés. Le critère de jugement principal était la proportion de patients asthmatiques décédés par asthme qui ont reçu un traitement de fond par corticostéroïdes inhalés (CSI).

Résultats

Au total, 6112 patients ont été identifiés entre 2013 et 2015. Les données de 2016, étant disponibles depuis peu, celles-ci seront intégrées dans l’analyse définitive. Parmi ces patients, 2344 avaient l’asthme comme cause initiale de décès. Après exclusion des doublons, 2311 patients ont été retenus pour l’analyse. Concernant les données démographiques, 66,8 % étaient des femmes pour un âge médian de 83 IQR[67–90] ans. Une affection de longue durée pour asthme était retrouvée pour 21,1 % des patients. Concernant la prise en charge thérapeutique, 1449 (62,7 %) ont eu au moins un remboursement de CSI dans les 12 mois précédant le décès (seul ou en association fixe). Trois remboursements ou plus de salbutamol ou de terbutaline étaient retrouvés pour 1516 (65,5 %) patients. Sur ces 1516 patients, le nombre médian de spray de salbutamol ou de terbutaline était de 7 [3–14] par patient sur l’année précédant le décès. Parmi les patients qui ont eu 3 sprays ou plus de salbutamol, 313 (23,7 %) n’ont pas eu de CSI (seul ou en association fixe) l’année précédant le décès.

Conclusion

Ces données préliminaires soulignent qu’un quart des patients décédés par asthme qui reçoivent au moins 3 sprays de beta2-mimétiques de courte durée d’action dans l’année précédant leur décès, n’ont pas eu de CSI en traitement de fond.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 13 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Profil des surconsommateurs de bêta-2-mimétiques de courte durée d’action : 327 patients d’une cohorte de candidats à l’école de l’asthme à Montfermeil (93)
  • M. Garinat, G. Maarof, N. Douali, M. Bensalem, S. Honiat, S. Viste, C. Maurer
| Article suivant Article suivant
  • Facteurs de risque de mortalité précoce dans le cancer pulmonaire en France : une analyse nationale à partir des données du PMSI
  • H. Goussault, S. Gendarme, C. Jung, S. Epaud, C. Algans, N. Salaun-Penquer, M. Rousseau, J.-B. Assié, A. Lazzati, C. Chouaid

Déjà abonné à cette revue ?