S'abonner

Facteurs pronostiques du cancer bronchopulmonaire au stade localement avancé non opérable - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.270 
S. Jrad, N. Belloumi , B. Imene, M. Hamdi, M. Bougacha, H. Baili, F. Chermiti Ben Abdallah, S. Fenniche
 Service de pneumologie, pavillon 4, hôpital Abderrahmen Mami, Ariana, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le cancer bronchopulmonaire non à petites cellules (CBNPC) au stade localement avancé inclut un groupe hétérogène de patients. L’impact pronostique des facteurs liés à la tumeur, au patient, au bilan de la maladie et au traitement instauré dans ce contexte reste à évaluer.

Objectif

Évaluer la survie moyenne du CBNPC au stade III non résécable ainsi que les principaux facteurs qui lui sont corrélés.

Méthodes

Il s’agissait d’une étude rétrospective réalisée sur les dossiers des patients hospitalisés au service de pneumologie pavillon 4 à l’hôpital Abderrahmen Mami Ariana entre janvier 2015 et décembre 2018, pour CBNPC stade III non résécable.

Résultats

Nous avons colligé 81 patients de sexe masculin. La moyenne d’âge était de 59,5 ans. Le tabagisme actif était le facteur de risque prédominant retrouvé dans 99 % des cas. Les comorbidités associées étaient notées chez 55 % de patients dominées par les comorbidités cardiorespiratoires (49 %). L’IMC moyen était de 21kg/m2. Un PS<2 est noté dans 92 % des cas. L’étude anatomopathologique avait conclu à 38 cas (47 %) d’adénocarcinome et 31 cas (38 %) de carcinome épidermoïde. Dix-sept patients (21 %) étaient au stade IIIA, 39 patients (48 %) étaient au stade IIIB et 25 patients (31 %) étaient au stade IIIC. Le délai moyen du diagnostic était de 31,21±3. La survie globale moyenne était de 12,6 mois. Le taux de survie à un an était de 34,3 %. Les facteurs cliniques et radiologiques corrélés à une survie globale abaissée étaient : le tabagisme non sevré (p=0,05), l’état général altéré (p=0,001), la cachexie (p=0,04), le délai thérapeutique prolongé (p=0,05), le stade IIIC de la maladie (p=0,05), l’extension ganglionnaire N3 (p=0,02), le défaut d’application de radiothérapie curative (p=0,0001) et la progression tumorale après traitement (p=0,001). En analyse multivariée, les facteurs ayant un impact pronostique étaient l’état général (p=0,012), le stade de la maladie (p=0,011), le protocole thérapeutique appliqué (p=0,017) et la réponse au traitement (p=0,02).

Conclusion

Du fait de sa fréquence et de son pronostic péjoratif, il est important d’individualiser les patients susceptibles d’une meilleure survie en déterminant des facteurs pronostiques permettant de guider le clinicien et optimiser la prise en charge thérapeutique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 130-131 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Particularités du cancer bronchopulmonaire chez la femme : à propos de 1358 cas
  • A. Abdelkbir, I. Bouassida, M. Haj Dahmen, H. Zribi, M. Touaibia, S. Maazaoui, M. Mlika, A. Marghli
| Article suivant Article suivant
  • Élastofibrome dorsal bilatéral, une entité rare : à propos de 6 cas
  • M. Chamakh, M. Abdennadher, S. Zairi, H. Zribi, I. Bouassida, Y. Houssine, I. Sahnoun, M. Touaibia, S. Ouerghi, A. Marghli

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?