S'abonner

Élastofibrome dorsal bilatéral, une entité rare : à propos de 6 cas - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.271 
M. Chamakh 1, , M. Abdennadher 1, S. Zairi 1, H. Zribi 1, I. Bouassida 1, Y. Houssine 2, I. Sahnoun 3, M. Touaibia 4, S. Ouerghi 4, A. Marghli 1
1 Service de chirurgie thoracique, Ariana, Tunisie 
2 Service d’anatomopathologie, Ariana, Tunisie 
3 Service de pneumologie, pav D, Ariana, Tunisie 
4 Service d’anesthésie réanimation, Ariana, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’élastofibrome (EF) est une tumeur bénigne rare, caractérisé par la prolifération de tissus fibreux et adipeux. Son étiopathogénie reste encore mal élucidée. Elle siège typiquement sous la pointe de l’omoplate. Elle est généralement unilatérale. Seulement 10 % des cas se présentent de façon bilatérale.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective à propos de 6 cas d’élastofibrome bilatéral, opérés dans le service de chirurgie thoracique et cardiovasculaire de l’hôpital Abderrahman Mami de l’Ariana, sur une période de 11 ans (2008–2019).

Résultats

Notre série regroupait 2 femmes et 4 hommes. Au moment du traitement, l’âge moyen était de 52,6 ans. Chez la plupart des patients, la circonstance de découverte était l’apparition d’une tuméfaction devenant gênante en augmentant de volume. La taille des tumeurs variait entre 3 et 8cm de grand axe. L’IRM était l’examen clé du diagnostic. Tous les patients avaient eu une exérèse chirurgicale. Un patient a été opéré des 2 cotés au même temps opératoire, 3 patients ont eu une chirurgie en 2 temps avec un intervalle de 1 mois à 17 mois et 2 patients ont été opérés d’un seul côté où la lésion était plus volumineuse. L’étude anatomopathologique des pièces opératoires avait confirmé le diagnostic. Les suites opératoires étaient simples dans la plupart des cas. On a noté un cas d’hématome post opératoire ayant nécessité une reprise chirurgicale et un cas de sérum qui a été drainé avec une bonne évolution dans les 2 cas.

Conclusion

L’élastofibrome est le diagnostic le plus probable quand il s’agit d’une localisation infra-scapulaire d’une masse du tissu mou. La chirurgie est indiquée surtout en cas de gêne fonctionnel et/ou esthétique avec un risque de récidive quasi-nul. Elle permet aussi une étude histologique nécessaire pour exclure un processus néoplasique malin.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 131 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Facteurs pronostiques du cancer bronchopulmonaire au stade localement avancé non opérable
  • S. Jrad, N. Belloumi, B. Imene, M. Hamdi, M. Bougacha, H. Baili, F. Chermiti Ben Abdallah, S. Fenniche
| Article suivant Article suivant
  • Place de la chirurgie après échec de l’extraction endoscopique des corps étrangers inhalés ; à propos de 26 cas
  • M. Hadj Dahmane, I. Bouassida, A. Abdelkbir, H. Zribi, I. Abdenadher, S. Zairi, A. Marghli

Déjà abonné à cette revue ?