S'abonner

Goitre plongeant à propos de 15 cas - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.287 
R. Cherkaoui  : Résidente, S. Raftani : Résident, H. Arfaoui : Professeur, H. Jabri : Professeur, W. Elkhattabi : Professeur, H. Afif : Professeur
 Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les goitres plongeants sont des tumeurs thyroïdiennes bénignes ou malignes retrouvées en totalité ou en partie dans le thorax. Il s’agit dans la majorité des cas d’un goitre bénin. Sur le plan clinique, les goitres plongeants sont latents dans 20 % des cas. Les signes cliniques se divisent en signes de dysthyroïdie et en signes de compression.

Méthodes

Notre travail est une étude analytique de 15 cas, colligés dans notre service entre janvier 2000 et juillet 2019.

Résultats

Nous avons noté une légère prédominance féminine avec une moyenne d’âge de 61 ans. La symptomatologie clinique est faite surtout de signes compressifs, dominés par la dysphonie rencontrée dans 9 cas. Les signes de dysthyroïdie sont retrouvés dans deux cas. Le goitre a été palpé chez 10 malades. La radiographie thoracique a objectivé un élargissement médiastinal supérieur dans 15 cas associé à une déviation de la trachée dans 8 cas. Le scanner thoracique réalisé chez 8 patients a objectivé un goitre plongeant dans tous les cas. Tous nos patients ont bénéficié d’une cervicotomie de Kocher. L’étude histologique avait conclu à la bénignité dans tous les cas. L’évolution était bonne chez tous nos patients.

Conclusion

Même si les goitres plongeants sont souvent bénins, l’étude histologique est indispensable, le traitement étant chirurgical, la cervicotomie est généralement suffisante.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 137 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Résultats anatomiques et fonctionnels à long terme des résections laryngotrachéales pour sténoses bénignes
  • A. Hanna, A. Nauta, D. Mitillian, M. Mercier, A. Crutu, D. Fabre, E. Fadel
| Article suivant Article suivant
  • Épanchements pleuraux éosinophiliques. Intérêt de l’éosinophilie sanguine dans l’orientation étiologique : étude de cohorte rétrospective multicentrique
  • E. Caradec, C. Tcherakian

Déjà abonné à cette revue ?