S'abonner

Apport de l’échographie thoracique dans la prise en charge des pleurésies au service de pneumologie 20 août 1953 – Casablanca - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.311 
H. El Kihal , H. Bamha, H. Arfaoui, W. Elkhattabi, H. Jabri, H. Afif
 Service maladies respiratoires, Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’échographie thoracique est devenue un outil indispensable en pneumologie. Elle permet d’améliorer la prise en charge des pathologies pleurales en assurant la réalisation des gestes pleuraux en toute sécurité notamment les ponctions pleurales.

Méthodes

Nous rapportons une étude rétrospective portant sur 100 cas de patients admis pour pleurésie ayant bénéficié d’une échographie thoracique entre janvier et juin 2020.

Résultats

L’âge moyen était de 40 ans. Le tabagisme était retrouvé chez 10 patients, 4 patients étaient suivis pour pathologie néoplasique, une hypothyroïdie a été retrouvée dans un cas. La symptomatologie était dominée par les douleurs thoraciques en point de côté chez 60 % des cas, suivie par la dyspnée chez 56 % des cas. L’aspect radiographique était atypique dans 32 % des cas. L’échographie thoracique a détecté la pleurésie avec une sensibilité de 98 % et une spécificité de 100 %. La localisation de l’épanchement était droite chez 54 patients, gauche chez 41 patients et bilatérale chez 5 patients. 31 % des épanchements étaient cloisonnés et 12 cas avaient un épanchement sous pulmonaire donnant l’aspect d’ascension de la coupole diaphragmatique à la radiographie du thorax. On a identifié 35 cas ayant un épanchement anéchogène, 45 cas avaient un épanchement échogène et 20 cas avec un épanchement multi-cloisonné complexe. Le repérage échographique a été réalisé dans 87 % des cas, 11 % des cas avaient un épanchement minime non ponctionnable.

Conclusion

On a pu conclure que l’échographie thoracique est une technique d’exploration accessible, non invasive et qui peut être d’un grand apport aussi bien dans le diagnostic de certaines pathologies pleurales que pour guider des gestes à visée diagnostique, cependant elle reste une technique opérateur dépendant.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 147 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • IMC, comorbidités et capacité aérobie : quels liens?
  • N. Ben Salah, H. Mrassi, H. Snène, H. Blibeh, L. Kaabi, D. Belkhir, J. Daghfous, N. Mehiri, B. Louzir
| Article suivant Article suivant
  • Facteurs de risque de formation du granulome inflammatoire après inhalation de corps étrangers
  • N. Boubaker, N. Boubaker, M. Ferchichi, S. Belkhir, I. Khalfallah, B. Hamdi, A. Hamzaoui

Déjà abonné à cette revue ?