S'abonner

Facteurs de risque de formation du granulome inflammatoire après inhalation de corps étrangers - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.312 
N. Boubaker , N. Boubaker, M. Ferchichi, S. Belkhir, I. Khalfallah, B. Hamdi, A. Hamzaoui
 Service de pneumologie B, Ariana, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le granulome inflammatoire est une des complications fréquemment observée après inhalation du corps étranger. Sa survenue augmente le risque d’échec de l’extraction par fibroscopie souple. L’objectif de notre étude était de déterminer les facteurs de risques de formation du granulome inflammatoire après inhalation d’un corps étranger.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective incluant 74 enfants hospitalisés au service de pneumologie pédiatrique de l’hôpital Abderrahmen Mami pour inhalation du corps étranger entre janvier 2014 et juin 2020. Les malades ont été divisés en deux groupes : groupe 1 : présence d’un granulome à la fibroscopie bronchique (n=32), groupe 2 : corps étranger sans granulome (n=42). Tous les enfants du groupe 1 ont été mis sous corticothérapie inhalée pendant 3 mois.

Résultats

L’âge moyen des malades était de 26 mois [1–108]. Une prédominance masculine a été notée dans 68,9 % des cas. Le délai moyen de consultation était de 21jours [0–180]. Les corps étrangers étaient de nature organique dans 67,6 % des cas. Un granulome inflammatoire a été trouvé dans 43,2 %. Sa présence était significativement corrélée au délai de consultation (p=0,002) et à la nature organique du corps étranger (p=0,01). Il n’y avait pas de corrélation entre la présence du granulome inflammatoire, l’âge, le genre et la localisation du corps étranger dans notre étude. L’extraction du corps étranger par fibroscopie souple était possible dans 90 % des cas dans le groupe compliqué de granulome versus 100 % dans le deuxième groupe (p=0,04). Une disparition du granulome inflammatoire après corticothérapie inhalée a été observée dans la majorité des cas.

Conclusion

La nature oléagineuse du corps étranger ainsi que le retard diagnostique étaient les facteurs associés à la formation du granulome inflammatoire endobronchique dans notre étude. Cette complication augmente le risque d’échec d’extraction endoscopique du corps étranger. L’éducation des parents demeure le meilleur traitement préventif de cet accident.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 147-148 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Apport de l’échographie thoracique dans la prise en charge des pleurésies au service de pneumologie 20 août 1953 – Casablanca
  • H. El Kihal, H. Bamha, H. Arfaoui, W. Elkhattabi, H. Jabri, H. Afif
| Article suivant Article suivant
  • Biopsies échoguidées en oncologie thoracique ; expérience des 2es années au CHU de Tours et comparaison aux biopsies guidées par scanner
  • A. Riviere, J. Mankikian, F. Lisee, W. Dakhouche, C. Techouyeres, M. Ferreira, C. Bessy, M. Teulier, M. Chevreau-Choquet, Y.M. Xu, C. Kiani, M. Pronost, S. Legue, S. Marchand-Adam, E. Pichon, T. Flament

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?