S'abonner

IMC, comorbidités et capacité aérobie : quels liens? - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.310 
N. Ben Salah, H. Mrassi , H. Snène, H. Blibeh, L. Kaabi, D. Belkhir, J. Daghfous, N. Mehiri, B. Louzir
 Service de pneumologie-allergologie, CHU Mongi Slim, La Marsa, Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La consommation maximale d’O2 (VO2max) est reconnue actuellement comme un paramètre fiable d’évaluation du risque cardiovasculaire dans la chirurgie d’exérèse pulmonaire. L’obésité est aussi reconnue comme un facteur indépendant de morbi-mortalité périopératoire.

But

Étudier la variabilité de la VO2max (mL/kg/min) en fonction de l’indice de masse corporelle (IMC) (kg/m2) et des comorbidités cardiorespiratoires associées (co).

Méthodes

Étude rétrospective recensant tous les patients (pts) ayant bénéficié d’une épreuve d’effort cardiorespiratoire avec la mesure de la VO2max dans le cadre d’un bilan préopératoire. Les pts étaient répartis en 3 groupes en fonction de l’IMC et des co : G1 (IMC<25), G2 (IMC>25 sans co) et G3 (IMC>25 avec co).

Résultats

Il s’agissait de 75 pts. Le sex-ratio était de 7,3. L’âge moyen était de 63,2±10,2 ans [31–80]. Le tabagisme était présent chez 69 % des pts (n=52). Les pts étaient répartis : G1=45 pts, G2=7 et G3=23 pts. Parmi les pts, on trouvait : 38 BPCO, 24 HTA, 16 diabétiques, 14 coronariens et 6 dyslipidémiques. L’indication opératoire était une résection d’un cancer pulmonaire chez 63 pts (84 %). Les autres indications opératoires étaient : des dilatations de bronches localisées (n=9), un hamartochondrome, un abcès pulmonaire et une bullectomie. En analyse bivariée, l’IMC était inversement corrélé à la VO2max [(p=0,01) (r=−0,3)] et à l’équivalent respiratoire en CO2 (VE/VCO2) [(p=0,004) (r=−0,35)] ; le poids apparaissait comme déterminant plus fort de la VO2max : (β=0,48) que la taille (β=−0,3). Au test ANOVA, la VO2max moyenne était : G1 [17,2±2,2] vs G2 [16,4±4,4] vs G3 [13±4,8] avec p=0,04. Le VE/VCO2 était en moyenne de : G2 [32±6,5] vs G3 [40,4±6,8] avec p=0,01.

Conclusion

La capacité aérobie ainsi que l’efficacité ventilatoire au pic de l’exercice sont corrélées à l’IMC. Un IMC>25 et associé à des co, est prédicteur d’un faible niveau de VO2max ; et donc d’un risque opératoire élevé.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 147 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Associations entre la dyspnée dans la vie quotidienne liée à l’obésité, l’évaluation respiratoire et la composition corporelle analysée par absorptiométrie biphotonique à rayons X : étude prospective chez 130 patients candidats à une chirurgie bariatrique
  • J. Hagenburg, E. Bertin, J.H. Salmon, J.M. Perotin-Collard, S. Dury, F. Lebargy, G. Deslee, C. Launois
| Article suivant Article suivant
  • Apport de l’échographie thoracique dans la prise en charge des pleurésies au service de pneumologie 20 août 1953 – Casablanca
  • H. El Kihal, H. Bamha, H. Arfaoui, W. Elkhattabi, H. Jabri, H. Afif

Déjà abonné à cette revue ?