S'abonner

Vente de tabac aux mineurs en France : une loi peu respectée - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.334 
C. Ben Lakhdar 1, X. Elharrar 2, , K. Gallopel-Morvan 3, F.C. Wolff 4, E. Béguinot 5, Y. Martinet 5
1 University of Lille, LEM UMR 9221 CNRS, FSJPS, 1, place Déliot, Lille, France 
2 Service des maladies respiratoires, CH Aix-en-Provence, Aix-en-Provence, France 
3 EHESP School of Public Health, avenue du Professeur-Léon-Bernard, CS 74312, Rennes, France 
4 University of Nantes, LEMNA, TEPP, BP52231, chemin de La-Censive-Du-Tertre, Nantes, France 
5 Comité national contre le tabagisme, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La plupart des nouveaux fumeurs commencent leur consommation à l’adolescence. En France, la vente de tabac est interdite aux moins de 18 ans depuis 2009. L’étude présentée vise à évaluer le taux de vente de tabac aux mineurs dans les bureaux de tabac en France et les facteurs associés à ces ventes.

Méthodes

Une étude observationnelle de type « client-mystère » a été réalisée au printemps 2019 auprès d’un échantillon représentatif de 527 bureaux de tabac français. Il était demandé à des jeunes de 12 et 17 ans recrutés pour l’étude de simuler un achat de cigarettes dans ces points de vente.

Résultats

Les résultats montrent que l’interdiction de vente de tabac aux mineurs en France n’est pas respectée : 65,2 % des buralistes sont disposés à vendre du tabac à un mineur de 17 ans et 8,1 % à un mineur de 12 ans. Ces ventes sont plus susceptibles d’être effectuées par des vendeurs hommes, auprès de clientes de 17 ans, dans des bureaux de tabac situés dans des grandes villes et lorsqu’il n’y a pas de files d’attente dans le point de vente. L’absence de l’affichette obligatoire signalant l’interdiction de vente aux mineurs est un facteur important associé à la vente illégale [1].

Conclusion

Ces résultats révèlent que d’importants progrès doivent être réalisés pour mieux faire appliquer la législation afin de contribuer à réduire le tabagisme des mineurs en France. Comme l’ont montré les expériences d’autres pays, le taux de conformité à la loi pourrait être amélioré par des mesures d’application plus strictes et des sanctions plus sévères. D’autres solutions, comme la formation des vendeurs et l’utilisation d’outils d’aide à la vérification de l’âge par les buralistes, pourraient également contribuer à mieux faire respecter la loi.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 157 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prévalence et mortalité de la pneumopathie interstitielle diffuse associée à la sclérodermie systémique (PID-ScS) en France : données du système national des données de santé
  • M. Nasser, P. Rabiega, L. Boussel, S. Si-Mohamed, V. Barbet, S. Marque, J. Massol, F. Thivolet-Bejui, L. Chalabreysse, D. Maucort-Boulch, S. Jouneau, E. Hachulla, J. Chollet, V. Cottin
| Article suivant Article suivant
  • Le sport est-il ami ou ennemi pour les étudiants ?
  • D. Adjiri

Déjà abonné à cette revue ?