S'abonner

Santé respiratoire et allergique à Madagascar : impact de la biomasse - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.341 
E.H. Ouaalaya 1, , K.R. Ayi 1, D. Randriamanana 2, J.R. Rakotomizao 2, R.N. Raharimanana 3, J. Rakotoson 2, M. Tiaray Harison 2, K. Ravahatra 2, J. Rajaoarifetra 4, J.C. Rakotoarisoa 2, G. Rasamimanana 3, A. Ralison 3, D. Charpin 5, P. L’her 6, C. Raherison-Semjen 1
1 Université de Bordeaux, inserm, Bordeaux Population Health Research Center, équipe : EPICENE, UMR1219, Bordeaux, France 
2 Université d’Antananarivo, Antananarivo, Madagascar 
3 Université de Mahajanga, Mahajanga, Madagascar 
4 Université de Toamasina, Toamasina, Madagascar 
5 Université d’Aix-Marseille, Marseille, France 
6 Soutien pneumologie international (SPI), Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

À Madagascar, le recours à la biomasse est très répandu. Cependant, il n’existe actuellement aucune donnée épidémiologique disponible à Madagascar sur l’impact sanitaire de l’exposition à la biomasse. En plus, les équations de prédiction malgaches de la spirométrie n’existent pas. Les objectifs de notre étude sont d’étudier l’impact de l’exposition à la biomasse sur la santé respiratoire et d’établir des équations de prédiction pour des adultes malgaches, puis de comparer les mesures malgaches avec les équations de prédiction publiées.

Méthodes

Étude descriptive transversale, sur questionnaire, menée chez la population urbaine et rurale de Madagascar entre janvier 2016 et janvier 2017. Les variables suivantes ont été recueillies : âge, sexe, taille, le nombre d’heures passées en cuisine, les symptômes respiratoires et des données spirométriques. Le modèle linéaire multiple a été implémenté pour estimer la médiane des données spirométriques (VEMS, CVF, VEMS/CVF). Nous avons comparé les mesures malgaches avec les prévisions de la European Coal and Steel Community (CECA), Third National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES III) et l’étude GLI 2012 (ERS Global Lung Function Initiative). Nous avons implémenté GAMLSS afin de modéliser à la fois l’asymétrie et l’aplatissement. Les z-scores et la limite inférieure de la normale ont été calculés.

Résultats

Mille quatre sujets (72,4 % femmes) âgé de 15 à 95 ans ont été inclus dans notre étude (Tableau 1). Parmi eux, 722 sujets ont réalisé la spirométrie. La prévalence des symptômes respiratoires est de 12 % ; 43,6 % présentant une dyspnée d’effort, 14,7 % une toux chronique et 16,8 % des sifflements dans la poitrine ; 36,9 % ont un tabagisme actif, 99 % utilisent le charbon et le bois comme combustible. Il existait une relation significative entre exposition à la biomasse et symptômes respiratoires. Les équations de prédictions du VEMS et de la CVF obtenues par l’approche de GLI 2012 sont les plus proches de notre échantillon avec le plus de précision par les équations des hommes noirs et des femmes d’Asie du sud-Est. Le VEMS et le CVF prédits par la CECA et NHANES III étaient mal appropriés aux mesures malgaches, mais le rapport VEMS/CVF prédit par la CECA est le meilleur.

Conclusion

La fumée de la combustion de la biomasse expose à des complications pulmonaires. Nos équations de prédiction sont meilleures que celles des études GLI 2012, NHANES III, ECSC en comparant les z-score.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 160 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Profil étiologique des adénopathies médiastinales
  • M. Elyahiyaoui, L. Achachi, L. Herrak, M. Elftouh
| Article suivant Article suivant
  • Apport de l’apprentissage par raisonnement clinique et par simulation en pneumologie
  • I. Touil, N. Keskes Boudawara, Y. Brahem, S. Bouchareb, J. Ayeb, J. Knani, L. Boussoffara

Déjà abonné à cette revue ?