S'abonner

Dilatation des bronches : facteurs prédictifs de colonisation bronchique - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.365 
Z. Ouertani 1, , A. Kacem 1, A. Maatallah 1, R. Ben Jezia 1, A. Daadoucha 2, I. Kharrat 1
1 Service de pneumologie, Kairouan, Tunisie 
2 Service de radiologie, Kairouan, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les dilatations des bronches (DDB) sont définies par une augmentation permanente et irréversible du calibre des bronches avec altération de leur fonction. L’évolution de la maladie est émaillée par les surinfections et les colonisations bactériennes, d’où l’importance de chercher ses facteurs prédictifs afin de la prévenir.

Méthodes

Une étude rétrospective a été menée à l’hôpital Ibn Al Jazzar à Kairouan colligeant 69 patients suivis au service de pneumologie pour DDB durant la période entre janvier 2010 et mars 2020. La colonisation a été définie par la détection d’au moins deux isolats d’un organisme séparés d’au moins trois mois par an.

Résultats

La moyenne d’âge était de 58,19 ans avec une légère prédominance féminine. Une colonisation bactérienne a été observée dans 6 cas (8,6 %), causée respectivement par le pneumocoque (50 %), le Pseudomonas aeruginosa (16,6 %), et le Staphylococcus aureus (16,6 %). Les patients colonisés étaient moins âgés (en moyenne 51,6 ans vs 58,19 ans ; p=0,012) avec une prédominance masculine (sex-ratio=2,1 vs 0,7 ; p<0,001). Pour les comorbidités, le diabète était plus fréquent chez les colonisés (20 % vs 4,9 %), pas de différence significative concernant les comorbidités respiratoires (p=0,43). Cinquante pour cent des patients colonisés étaient des tabagiques (vs 23 % chez les non-colonisés). L’étendue des lésions radiologiques était aussi associée à la colonisation bactérienne, elles étaient plutôt bilatérales chez les patients colonisés (83,3 % vs 78,3 % ; p<0,001) et affectant 3 lobes ou plus chez ce groupe de patients (58 %) vs 35 % chez les patients non colonisés, (p=0,012). Les images kystiques prédominaient chez les patients colonisés (49 %) vs 36 % chez les patients non colonisés (p=0,03). De même, le trouble ventilatoire restrictif était plus fréquent chez les patients colonisés (33,3 % vs 17 % ; p=0,0017).

Conclusion

Il ressort de notre étude que le sexe masculin, le diabète, le tabac, l’étendue des DDB et leur aspect kystique et l’existence de trouble ventilatoire restrictif sont des facteurs associés à la colonisation bactérienne.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 169 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Profil étiologique des opacités pulmonaires excavées
  • W. Jalloul, N. Zaghba, H. Benjelloun, N. Yassine
| Article suivant Article suivant
  • Place de la scintigraphie pulmonaire dans le diagnostic de l’embolie pulmonaire chez les patients ayant un score de probabilité clinique intermédiaire ou fort avec un angioscanner négatif
  • M. Bougadoum, L. Aazri, S. Aitbatahar, L. Amro

Déjà abonné à cette revue ?