S'abonner

Profil des patients adultes hospitalisés pour exacerbation de dilatation des bronches - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.374 
H. Harraz  : Résidente, H. Benjelloune : Professeur, N. Zaghba : Professeur, N. Yassine : Professeur
 Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les dilatations des bronches (DDB) sont une cause de morbi-mortalité non négligeable principalement dans les pays en voie de développement. Les exacerbations de DDB nécessitant le recours à l’hospitalisation restent fréquentes dans notre pays, pour cela, nous avons étudié le profil des patients hospitalisés pour exacerbation de DDB.

Méthodes

Nous avons mené une étude rétrospective portant sur 115 cas colligés au service des maladies respiratoires du CHU Ibn Rochd de Casablanca sur sept ans (2014–2019).

Résultats

La moyenne d’âge était de 54,8 ans avec une nette prédominance féminine (64,4 %). La DDB était connue chez 29 % des cas, parmi eux 8,8 % avaient été déjà hospitalisés au cours de l’année écoulée. Dans les antécédents, une tuberculose pulmonaire était notée chez 26 % des cas, des infections respiratoires à répétition chez 15 % des cas, une polyarthrite rhumatoïde chez 6 % des cas et des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin chez 4 % des cas. Un tableau d’insuffisance respiratoire aiguë était présent dans 77 % des cas. L’augmentation du volume des expectorations, qui étaient purulentes, était notée dans tous les cas, associée à des hémoptysies dans 21 % des cas. Les DDB étaient diffuses et bilatérales dans 68 % des cas. L’origine bactérienne de l’exacerbation aiguë des DDB a été retenue dans 45,5 % des cas. Les germes isolés étaient le Streptococcus pneumoniae dans 34 % des cas, le Pseudomonas aeruginosa dans 15 % des cas et l’Hemophilus influenzea dans 10,2 %. Tous les patients ont reçu une bi-antibiothérapie probabiliste associée à une kinésithérapie respiratoire avec une bonne évolution clinique et biologique. Une oxygénothérapie à domicile était indiquée dans 9 % des cas et une ventilation non invasive dans 7,8 % des cas. La durée moyenne d’hospitalisation était de 7jours.

Conclusion

Nous soulignons que le motif d’exacerbation aiguë de DDB reste dominé par la surinfection bronchique d’origine bactérienne d’où l’intérêt de la vaccination chez ce type de patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 172-173 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Hypertension artérielle pulmonaire chez l’enfant
  • M. Ferchichi, I. Khalfallah, N. Boubaker, S. Belkhir, M. Ben Bechi, S. Louhaichi, B. Hamdi, J. Ammar, A. Hamzaoui
| Article suivant Article suivant
  • Résultats préliminaires d’imagerie par résonance magnétique de la vascularisation pulmonaire dans la bronchopneumopathie chronique obstructive avec emphysème : un état précédant l’hypertension pulmonaire ?
  • T. Capron, A. Bartoli, S. Rappacchi, C. Gautier, F. Bettayeb, M. Guye, M. Bernard, P. Chanez, J.Y. Gaubert, A. Jacquier, M. Reynaud-Gaubert

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?