S'abonner

Syndrome d’apnées hypopnées obstructives en population générale - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.394 
F. Ba 1, , S.A. Thiam 2, M. Ba 3, F.B. Sar 4
1 Université Gaston-Berger, Saint-Louis, Sénégal 
2 Centre de santé Ousmane Ngom, Saint-Louis, Sénégal 
3 Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal 
4 Université de Thiès, Thiès, Sénégal 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) est fréquent, méconnu et sous-diagnostiqué. Différents questionnaires sont utilisés pour évaluer le risque de survenue, la confirmation diagnostique repose sur la polygraphie et/ou polysomnographie. L’objectif de cette étude transversale descriptive et analytique était d’identifier des facteurs de risque associés au SAOS.

Méthodes

Une polygraphie ventilatoire a été réalisée chez des sujets positifs au questionnaire de Berlin. Le consentement éclairé a été requis. L’analyse des données a été faite avec le logiciel SPSS 20.0. Les tests de Fisher et de Chi2, le test de Student ont permis de comparer les proportions et moyennes des variables, avec un seuil de significativité p<5 %.

Résultats

L’étude a concerné 59 sujets dont 42 femmes et 17 hommes. La moyenne d’âge était de 50,32±10,23 ans avec une prédominance de la tranche [50–65[ ; la valeur moyenne de l’IMC 30,14±6,86kg/m2. Près de 75 % des sujets étaient obèses ou en surpoids. Une hypertension artérielle était retrouvée dans 72,88 %, un diabète 5,08 % et un asthme 11,86 %. Le diagnostic de SAOS a été retenu chez 72,88 % des sujets Berlin positifs. L’IMC était significativement corrélé à la sévérité du SAOS. Une différence significative bilatérale entre le sexe et la tranche d’âge (≥50,<50) a été notée avec p=0,014. La moyenne d’âge de survenue du SAOS était plus élevée chez les femmes, avec un risque multiplié respectivement par 4 chez les femmes de plus de 50 ans et par 3 chez les hommes de moins de 50 ans. Aucune association significative n’a été notée entre la somnolence ou le ronflement et la sévérité de la maladie.

Conclusion

Le SAOS est une réalité au Sénégal. Les appareils de polygraphie ventilatoire doivent être disponibles dans les structures de santé et accessibles à tous.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 180-181 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Association entre antécédent de tuberculose pulmonaire et somnolence diurne excessive : analyse des données de 8346 sujets adultes
  • E.W. Pefura-Yone, A.D. Balkissou, M. Massongo, V. Poka-Mayap
| Article suivant Article suivant
  • COVID-19 : quel impact du confinement chez les patients souffrant d’un syndrome d’apnées du sommeil traité par pression positive continue (PPC) ?
  • M. Sapene, J.L. Pepin, C. Rolland, J.C. Borel, O. Sauvaget, S. Bailly, I. Amroussia, R. Tamisier

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?