S'abonner

Les pneumopathies fibrosantes : le profil épidémiologique, clinique, paraclinique, et étiologique hospitalisé au service de pneumologie de Marrakech - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.411 
M. Ijim , L. Aazri, S. Aitbatahar, L. Amro
 Service de pneumologie, hôpital Arrazi, CHU Mohammed VI, faculté de médecine et de pharmacie de Marrakech, université Cadi Ayyad, Marrakech, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Pneumopathies interstitielles diffuses (PID) sont des maladies induisant des lésions des différentes composantes du parenchyme pulmonaire : l’interstitium, les alvéoles et le lit capillaire pulmonaire, et la fibrose pulmonaire est un stade évolutif caractérisé par la présence d’un excès de tissu conjonctif fibreux.

But de travail

Le but de notre travail était de préciser les caractéristiques épidémiologiques, cliniques, radiologiques et étiologiques des pneumopathies fibrosantes.

Méthodes

Nous rapportons une étude rétrospective portant sur 45 cas porteurs de pneumopathie chronique fibrosante, colligés au service de pneumologie de Marrakech sur une période de 2 ans, entre janvier 2018 et décembre 2019.

Résultats

Il s’agissait de 27 hommes et 18 femmes. L’âge moyen était de 60,45 ans, avec des extrêmes allant de 27 à 83 ans. Quarante-huit pour cent de nos patients étaient tabagiques. La plupart de nos patients avaient présenté des signes respiratoires ; dominés par la dyspnée présente chez tous les patients et la toux chez 37 cas (82,2 %). Les signes physiques sont dominés par les râles crépitants, présents chez 21 soit 46,66 % des patients. Les opacités réticulo-micronodulaires étaient l’aspect radiologique le plus fréquent (35 cas soit 77,7 %). La TDM thoracique a montré un aspect en rayon de miel de siège basal dans sans 15 cas soit 33,3 %, un aspect en verre dépoli associé dans 13 cas soit 28,9 %. La spirométrie était réalisé chez 23 patients et elle a montré un trouble ventilatoire restrictive chez 18 cas soit 40 %. La fibroscopie bronchique était réalisée chez 25 patients soit 55,55 %. L’étiologie des PID chronique fibrosante était déterminée chez 32 patients soit 71,7 % : secondaires chez 15 cas 33,3 % et idiopathiques chez 17 cas 37,8 %, et fibrose indéterminées chez 13 cas 28,9 %.

Conclusion

Devant la découverte d’une PID, une enquête étiologique minutieuse s’impose ainsi qu’une prise en charge précoce afin de prévenir l’évolution vers la fibrose pulmonaire et l’insuffisance respiratoire chronique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 188 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les aspects scanographiques des pneumopathies infiltratives diffuses à propos de 62 cas
  • M. Nokra, S. Aitbatahar, L. Amro
| Article suivant Article suivant
  • Changement d’anti-fibrosant pour une progression de la fibrose pulmonaire idiopathique : une stratégie efficace ?
  • T. Boghanim, R. Borie, A. Le Borgne, A. Didier, B. Crestani, G. Prevot

Déjà abonné à cette revue ?