S'abonner

Facteurs prédictifs de l’évolution vers l’insuffisance respiratoire chronique chez les sujets atteints de fibrose pulmonaire idiopathique - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.422 
D. Belkhir , I. Zendah, H. Rouis, C. Moussa, I. Khouaja, A. Khattab, H. Ghedira
 Hôpital Aberrahmen Mami, pavillon I, Ariana, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’insuffisance respiratoire chronique (IRC) constitue un facteur pronostique dans l’évolution de la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI). Quels sont alors les facteurs prédictifs de l’installation d’une IRC ?

Méthodes

Nous avons mené une étude rétrospective sur des dossiers de patients suivis dans notre service entre 2010 et 2019 pour une FPI que nous avons divisé en 2 groupes. G1 patients non au stade d’IRC et G2 : patients au stade d’IRC.

Résultats

Nous avons colligé 27 patients : G1 10 patients et G2 : 17 patients. Une prédominance masculine était notable au sein des 2 groupes : G1 9 hommes (90 %) et G2 : 16 hommes (94 %) (p=0,874). L’âge moyen était de 62 ans pour le G1 [50–72 ans] et de 69 ans pour G2 [45–92 ans] (p=0,437). Le tabagisme était plus fréquent parmi les patients du G2 : n=12 (70 %) et G : n=6 (60 %) (p=0,549). Le signe fonctionnel prédominant était la dyspnée d’effort qui était présente chez 9 patients (90 %) de G1 et chez 16 patients (94 %) de G2 (p=0,874). Sur le plan scanographique, la moitié des patients de G1, n=5 avait des signes de non fibrose sous forme de nodules et de micronodules versus 1 patient (5 %) de G2 (p=0,159). Des signes de fibrose sous forme de rayons de miel était retrouvés chez 2 patients (20 %) de G1 et 8 patients (47 %) de G2 (p=0,095). Les réticulations intra lobulaires (p=0,037) étaient retrouvées chez respectivement 9 patients (90 %) de G1 et 15 patients (88 %) de G2 (p=0,037). Tous les patients de G1 : n=10 (100 %) présentaient une restriction (CPT<80 %) contre 7 patients (87 %) de G2 (p=0,293). Le recours à l’oxygénothérapie de longue durée (OLD) était noté chez 2 patients (20 %) de G1 et chez 1 patient (53 %) de G2 (p=0,039). Dans chaque groupe un cas d’embolie pulmonaire était retrouvé soit respectivement 10 % chez G1 et 6 % chez G2 (p=0,874). Deux patients parmi G1 (12 %) sont décédés contre 10 % 1 patient (10 %) de G1 (p=0,854).

Conclusion

Les facteurs prédictifs de l’évolution vers l’IRC au cours de la FPI semblent être l’existence de réticulations intra lobulaires au scanner et le recours à l’OLD.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 193-194 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Aspects scanographiques et étiologiques des pneumopathies infiltrantes diffuses
  • W. Jalloul, H. Benjelloun, N. Zaghba, N. Yassine
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation des échanges gazeux dans la sarcoïdose : DLCO ou TM6 ?
  • K. Ayed, S. Mokaddem, S. Khaldi, K. Kchaou, S. Ben Khamsa

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?