S'abonner

Protéinose alvéolaire pulmonaire après allogreffe de cellules souches hématopoïétiques chez l’adulte : une enquête nationale française - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.434 
H. Salvator 1, , C. Tcherakian 1, N. Maillard 2, S. Milin 3, A. Bergeron 4, L. Bondeelle 4, V. Meignin 5, S. N’guyen-Quoc 6, L. Souchet 6, S. Guenounou 7, S. Evrard 8, M.T. Rubio 9, M. Robin 10, C. Mediavilla 11, E. Brissot 11, A. Fajac 12, E. Catherinot 1, C. Givel 1, A. Chabrol 1, C. Goyard 1, E. Longchampt 13, L. Zemoura 13, M.L. Chabi-Charvillat 14, J.F. Bernaudin 15, L.J. Couderc 1
1 Service de pneumologie, hôpital Foch, Suresnes, France 
2 Service d’hématologie, CHU, Poitiers, France 
3 Service d’anatomopathologie, CHU, Poitiers, France 
4 Service de pneumologie, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
5 Service d’anatomopathologie, Hôpital Saint-Louis, Paris, France 
6 Service d’hématologie, hôpital Pitié-Salpétrière, Paris, France 
7 Service d’hématologie, institut universitaire du cancer de Toulouse – Oncopole, Toulouse, France 
8 Service d’anatomopathologie, institut universitaire du Cancer de Toulouse – Oncopole, Toulouse, France 
9 Service d’hématologie, CHRU Nancy, hôpital Brabois, Vandœuvre-Lès-Nancy, France 
10 Service d’hématologie greffe, hôpital Saint-Louis, Paris, France 
11 Hôpital Saint-Antoine, service d’hématologie et thérapie cellulaire, Paris, France 
12 Service d’anatomopathologie, hôpital Saint-Antoine, Paris, France 
13 Service d’anatomopathologie, hôpital Foch, Suresnes, France 
14 Service de radiologie, hôpital Foch, Suresnes, France 
15 Sorbonne Université Paris, INSERM UMR 1272, Bobigny, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La protéinose alvéolaire pulmonaire (PAP) est caractérisée par l’accumulation de matière lipoprotéique dans les alvéoles en raison d’un dysfonctionnement des macrophages alvéolaires. Nous décrivons six cas de PAP survenant après une allogreffe de cellules souches hématopoïétiques (CSH).

Méthodes

Enquête auprès des 43 centres français de greffe de CSH. Six cas de PAP post-allogreffe de CSH ont été identifiés dans cinq centres, diagnostiqués entre mai 2016 et avril 2019 (LBA avec coloration PAS 5/6 et biopsie pulmonaire 1/6).

Résultats

Deux de groupes de PAP étaient distingués selon la date de survenue après l’allogreffe de CSH :

– PAP précoce (<60jours) : 2 malades lors de l’aplasie post-induction ou d’un rejet. Symptomatologie aiguë : fièvre et oxygénorequérance. Un patient était infecté par le coronavirus OC43. Des corticostéroïdes (1mg/kg/j) ont été débutés. L’évolution a été rapidement favorable après une deuxième allogreffe et la sortie d’aplasie ;

– PAP tardive (>1 an) : 4 malades. Symptômes d’installation progressive : dyspnée d’exercice croissante jusqu’à dyspnée de repos et fièvre chez 2/4 patients. Une infection pulmonaire concomitante à Mycobacterium abscessus. Le rôle des immunosuppresseurs dans la survenue de la PAP a été suspecté (rapamune n=2, ruxolitinib n=2) ; ils ont été interrompus et des corticostéroïdes (0,5mg/kg/j) ont été débutés chez un patient. L’atteinte clinique et radiologique s’est améliorée dans les mois suivants l’arrêt du traitement suspecté. La recherche d’anticorps anti-GM-CSF et de mutation GATA2 était négative chez 3/3 et 2/2 patients testés respectivement. Le scanner thoracique montrait des opacités en verre dépoli, des réticulations et un épaississement des septas interlobulaires dans 6/6 cas, un aspect en crazy paving chez 3/6 patients. Il n’y avait pas de topographie prédominante. Aucun patient n’a eu de lavage alvéolaire à but thérapeutique. Un patient est décédé 8 mois après la greffe de GVH digestive sévère.

Conclusion

Les PAP post-allogreffe peuvent être distinguées entre PAP précoces pendant la période d’aplasie et tardives en relation avec des immunosuppresseurs. La prise en charge du facteur favorisant a toujours permis une évolution favorable. La recherche systématique d’une PAP en cas de pneumopathie alvéolo-interstitielle post-allogreffe de CSH implique la réalisation d’une coloration de PAS sur le liquide de LBA. La recherche d’un traitement pneumotoxique responsable est essentielle.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 198-199 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Atteinte ORL au cours de la sarcoïdose thoracique
  • W. Jalloul, H. Benjelloun, N. Zaghba, N. Yassine
| Article suivant Article suivant
  • Manifestations pulmonaires du syndrome de Sjögren
  • A. Ketfi, R. Touahri, L. Ihadjadene, N. Djouadi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?