S'abonner

Chirurgie du kyste hydatique pulmonaire géant de l’enfant : à propos de 7 cas - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.452 
M. Abdenadher 1, , M. Hadj Dahmane 1, H. Zribi 1, S. Zairi 1, I. Bouassida 1, I. Sahnoun 1, M. Mlika 2, S. Ouerghi 3, A. Marghli 1
1 Service de chirurgie thoracique et cardiovasculaire, hôpital Abderrahmane Mami, Ariana, Tunisie 
2 Service d’anatomopathologie, hôpital Abderrahmane Mami, Ariana, Tunisie 
3 Service d’anesthésie-réanimation, hôpital Abderrahmane Mami, Ariana, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Chez l’enfant, l’atteinte hydatique pulmonaire vient en premier plan avant l’atteinte hépatique. Vu l’élasticité et la compliance du parenchyme pulmonaire, le kyste hydatique peut atteindre des dimensions énormes. Comme pour toute hydatidose pulmonaire, la chirurgie demeure « le gold standard » du traitement curatif du kyste hydatique géant du poumon chez l’enfant (KHGPE). La difficulté de la chirurgie du KHGPE consiste dans le choix de la technique chirurgicale en privilégiant si c’est possible le traitement conservateur par apport à une résection réglée.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective, entre 1998 et 2019, incluant 7 enfants d’âge inférieure à 15 ans opérés pour un kyste hydatique géant du poumon dont la taille est supérieure ou égale à 10cm, au service de chirurgie thoracique et cardiovasculaire de l’hôpital Abderrahmane Mami de l’Ariana.

Résultats

Il s’agissait de 5 garçons et 2 filles, d’âge moyen de 10,14 ans. La symptomatologie est dominée par la douleur thoracique dans 3 cas (42.,85 %), dyspnée dans 2 cas (28,57 %), toux chronique dans 1 cas (14,28 %) et vomique hydatique 1 cas (14,28 %). La radiographie thoracique est le principal examen paraclinique qui a permis de poser le diagnostic. La taille moyenne des KHGPE était de 13cm. Les kystes étaient uniques dans 6 cas et multiples dans un cas. Le kyste était non compliqué dans 6 cas et compliqué dans 1 cas. Aucune localisation hydatique hépatique n’a été observée dans notre série. La localisation droite était la plus fréquente 51,14 % des cas. La voie d’abord était une thoracotomie postérolatérale dans 4 cas (57,14 %) et une mini-thoracotomie latérale vidéo-assisté dans 3 cas (42,53 %). Un traitement conservateur était effectué dans 4 cas (57,14 %) à type de kystectomie et la résection réglée anatomique était effectuée dans 3 cas (42,53 %) à savoir une lobectomie dans 2 cas et une bi-lobectomie inférieure et moyenne dans 1 cas. Les suites opératoires ont été simples. Aucune récidive hydatique n’a été observée pendant le suivi.

Conclusion

Chez l’enfant le kyste hydatique du poumon peut atteindre une taille géante. La décision du choix de la procédure chirurgicale se décide selon les constatations peropératoires notamment l’état du poumon restant et de la localisation kystique. Le challenge «chirurgical» reste la réussite de la technique conservatrice qui dépend essentiellement d’un capitonnage respectant la géométrie du poumon et laissant en place un parenchyme pulmonaire fonctionnel satisfaisant.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 206 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Prévalence du trouble de diffusion après infection à SARS-CoV-2 : comparaison entre les normes CECA/ERS 1993 et GLI
  • J. Frija-Masson, C. Bancal, H. Benzaquen, D. Penaud, F. Arnoult, E. Vidal-Petiot, M. Flamant, M.P. D’ortho
| Article suivant Article suivant
  • Échec de l’antibioprophylaxie : à propos de cinq cas de BCGite avec atteinte respiratoire
  • N. Argoulon, S. Marchand-Adam

Déjà abonné à cette revue ?