S'abonner

Chirurgie de l’hémoptysie sur greffe aspergillaire : à propos de 14 cas - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.456 
M. Abdennadher  : Assistant hospitalo-universitaire, A. Ghazouani : Résident chirurgie thoracique, H. Zribi : Professeur agrégé, S. Zairi : Assistante, I. Bouacida : Assistante, A. Kaddour Ayadi : Professeur, I. Sahnoun : Assistante, M. Touaibia : Assistante, S. Ouerghi : Professeur agrégé, A. Marghli : Professeur
 Ariana, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’aspergillome est une masse pseudo-tumorale intracavitaire causée par la colonisation d’une cavité préexistante par un champignon « l’Aspergillus fumigatus ». Cette pathologie est encore fréquente en Tunisie ainsi la caverne tuberculeuse constitue la lésion la plus prédisposante (environ 25 % des cas). La complication la plus redoutable de l’aspergillome est l’hémoptysie. C’est une urgence diagnostique et thérapeutique médicochirurgicale.

Méthodes

Étude rétrospective de 2014 à 2020 colligeant 14 patients opérés en urgence pour une hémoptysie sur une greffe aspergillaire.

Résultats

On note une prédominance masculine avec un sex-ratio de 1,8. La moyenne d’âge était 47,6 ans. Cinquante pour cent des patients avaient une tuberculose auparavant avec un délai moyen de 5,4 ans avant l’apparition de la greffe aspergillaire. L’hémoptysie était de faible abondance dans 64,3 % des cas et de moyenne abondance dans 35,7 %. La radiographie du thorax a révélé une opacité arrondie homogène dans 42,8 % des cas, une opacité irrégulière hétérogène dans 42,8 %, une opacité excavée dans 14,3 %. La tomodensitométrie a montré une image en Grelot chez 57,1 % des patients, une lésion excavée chez 28,6 %, une condensation parenchymateuse chez 28,6 %, une DDB chez 28,6 % et une image cavitaire vide dans 14,3 % des cas. La sérologie aspergillaire faite chez 10 patients était positive dans 4 cas. Le lobe supérieur gauche était le plus atteint soit dans (50 %) des cas suivi du lobe supérieur droit (42,9 %). Douze patients ont reçu en préopératoire la sondostatine. Tous les patients étaient opérés en urgence. La voie d’abord était une thoracotomie postérolatérale dans tous les cas. Une pneumolyse a été réalisée dans dix cas. On a réalisé une exérèse réglée type lobectomie chez 10 patients, une pneumonectomie chez 4 patients et une segmentectomie chez un patient. La durée du drainage était en moyenne de 3,9jours. Les suites opératoires étaient compliquées dans 6 cas. L’anatomopathologie a confirmé la présence de greffe aspergillaire chez tous les patients. Sept patients ont reçu un traitement antifongique en postopératoire. Un suivi de tous les patients a montré une bonne évolution sans récidive.

Conclusion

L’aspergillome pulmonaire est une maladie foudroyante par ses complications notamment l’hémoptysie qui constitue un signe d’alarme indiquant une prise en charge urgente. La chirurgie malgré qu’elle soit laborieuse avec un risque majeur d’hémorragie reste le moyen le plus garant pour éradiquer la maladie aspergillaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 208 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Hydatidose multiviscérale
  • A. Boumehdi, H. Bamha, H. Arfaoui, H. Jabri, W. Elkhattabi, H. Afif
| Article suivant Article suivant
  • Adénosine désaminase pleurale : quelle valeur seuil dans le diagnostic de la pleurésie sérofibrineuse tuberculeuse?
  • P.P. Koumeka, M. Bougadoum, I. Saidi, S. Ait Batahar, L. Amro

Déjà abonné à cette revue ?