S'abonner

Facteurs prédictifs d’échec thérapeutique de la tuberculose multirésistante - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.466 
M. Ferchichi 1, , S. Ben Saad 1, A. Ben Mansour 1, W. Gheribi 1, O. Naffati 2, S. Bel Hadj 2, H. Daghfous 1, F. Tritar 1
1 Hôpital Abderrahman Mami, Ariana, Tunisie 
2 Hôpital Menzel Bourguiba, Bizerte, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’émergence de la tuberculose multirésistante (TB-MR) est un problème majeur de santé publique. Peu d’études se sont intéressées à rechercher les facteurs prédictifs d’échec thérapeutique de la TB-MR. Identifier les facteurs prédictifs d’échec thérapeutique de la TB-MR.

Méthodes

Étude rétrospective comparative incluant les patients porteurs de TB-MR pris en charge entre janvier 2000 à mars 2019 au service de pneumologie (C) de l’hôpital Abderahman Mami et au service de pneumologie de l’hôpital Menzel Bourguiba. Les caractéristiques cliniques, radiologiques, bactériologiques et évolutives du groupe de patients en échec thérapeutique ont été comparées à ceux des patients guéris.

Résultats

Notre étude a inclus 140 patients. L’âge moyen était de 42±13 ans (18–80). Le sex-ratio était de 3,82. Soixante-quinze pour cent de nos patients étaient analphabètes ou avaient un niveau d’instruction primaire. Les facteurs de risque de TB étaient dominés par le tabagisme (76 %). Le diabète est la comorbidité la plus fréquente (24 %). La TB-MR était primaire dans 25 % des cas. L’évolution s’est faite vers la guérison dans 57 % des cas et l’échec thérapeutique dans 12 % des cas. L’étude multivariée a identifié comme facteurs prédictifs indépendants d’échec thérapeutique : l’âge supérieur à 45 ans (OR=1,205 [1,024–7,736] ; p=0,014), le niveau d’instruction primaire et analphabétisme (OR=5,022 [1,316–19,161] ; p=0,018), l’histoire d’incarcération (OR=3,291 [1,291–21,083] ; p=0,016), la dénutrition (OR=4,544 [2,304–54,231] ; p=0,027), l’atteinte pulmonaire étendue (OR=6,406 [1,761–23,922] ; p=0,038), les baciloscopies initiales ≥3 +++ (OR=1,210 [1,187–32,657] ; p=0,045), les cultures de BK (+) à 90jours de traitement (OR=6,871 [3,824–23,541] ; p=0,003), la mauvaise observance thérapeutique (OR=6,110 [2,740–12,450] ; p=0,021) et la survenue d’effets indésirables psychiatriques (OR=3,644 [2,560–27,268] ; p=0,041).

Conclusion

L’identification des patients à haut risque d’échec thérapeutique permet d’accorder une prise en charge personnalisée permettant d’optimiser le pronostic de la TB-MR. L’éducation thérapeutique, la prise en charge nutritionnelle et psychologique de même qu’un suivi rapproché sont fortement recommandée chez cette catégorie de patients.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 211-212 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Hépatotoxicité aux antituberculeux : à propos de 19 cas
  • W. Jalloul, N. Zaghba, H. Benjelloun, N. Yassine
| Article suivant Article suivant
  • Pneumonectomie pour aspergillome pulmonaire : une évolution vers de meilleurs résultats
  • A. Ben Ayed, I. Bouassida, H. Zribi, M. Abdennadher, S. Maazeoui, M. Mlika, S. Ouerghi, A. Margheli

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?