S'abonner

Pneumonectomie pour aspergillome pulmonaire : une évolution vers de meilleurs résultats - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.467 
A. Ben Ayed 1, , I. Bouassida 1, H. Zribi 1, M. Abdennadher 1, S. Maazeoui 2, M. Mlika 3, S. Ouerghi 4, A. Margheli 1
1 Service de chirurgie thoracique et cardiovasculaire, Ariana, Tunisie 
2 Service de pneumologie, pavillon 2, hôpital Abderrahmane Mami, Ariana, Tunisie 
3 Service d’anatomopathologie, hôpital Abderrahmane Mami, Ariana, Tunisie 
4 Service d’anesthésie-réanimation-chirurgicale, hôpital Abderrahmane Mami, Ariana, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’aspergillome pulmonaire est une colonisation par aspergillus d’une cavité pulmonaire préformée. Le traitement de choix est l’exérèse chirurgicale qui peut être limitée à une résection atypique ou s’étendre à une lobectomie ou même une pneumonectomie. Nos objectifs étaient de décrire les particularités clinicobiologiques, radiologiques et évaluer la chirurgie de l’aspergillome pulmonaire en cas de résection étendue à une pneumonectomie dans un pays d’endémie tuberculeuse.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective descriptive des patients atteints d’aspergillose pulmonaire qui ont été opérés par pneumonectomie colligés pendant 14 ans au service de chirurgie thoracique et cardiovasculaire de l’hôpital Abderrahmen Mami de l’Ariana, Tunisie.

Résultats

Notre série comprend 7 patients (qui représentent 7.3 % des aspergillomes opérés dans la même période de l’étude) : 5 hommes et 2 femmes avec un âge moyen de 44 ans (22–67 ans). Concernant les facteurs de risque, 5 patients avaient un antécédent de tuberculose. Les motifs d’hospitalisation étaient l’hémoptysie dans 4 cas (de moyenne abondance dans 2 cas et de faible abondance dans 2 cas), la toux dans 2 cas, la fièvre dans 2 cas et la douleur thoracique dans un seul cas. La tomodensitométrie thoracique a montré des images de caverne dans 4 cas et une image en grelot dans 3 cas. L’aspergillome était complexe dans tous les cas. Sur le plan biologique, quatre patients ont bénéficié d’une sérologie aspergillaire avec un résultat positif dans les 4 cas. Un seul patient a été opéré en urgence pour un geste d’hémostase. Le geste opératoire était une pneumonectomie dans tous les cas. La voie d’abord était une thoracotomie postérolatérale dans tous les cas. Les suites opératoires étaient simples dans tous les cas avec une durée moyenne de drainage thoracique de 2jours (1 à 3jours) et une durée moyenne d’hospitalisation post opératoire de 9jours (8 à 12jours).

Conclusion

Le traitement de référence de l’aspergillose, qui est la chirurgie, est grevé d’une lourde morbi-mortalité postopératoires. Le taux de complications a significativement diminué au cours des dernières années avec de bons résultats à court et à long terme même pour des résections étendues pour des patients bien sélectionnés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 212 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Facteurs prédictifs d’échec thérapeutique de la tuberculose multirésistante
  • M. Ferchichi, S. Ben Saad, A. Ben Mansour, W. Gheribi, O. Naffati, S. Bel Hadj, H. Daghfous, F. Tritar
| Article suivant Article suivant
  • Kyste hydatique pulmonaire géant chez l’enfant
  • M. Ferchichi, I. Khalfallah, S. Belkhir, N. Boubaker, M. Ben Bechir, S. Louhaichi, B. Hamdi, J. Ammar, A. Hamzaoui

Déjà abonné à cette revue ?