S'abonner

Impact de l’infection à VIH sur la tuberculose ganglionnaire à Libreville, Gabon - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.476 
U.D. Kombila 1, , C. Manomba Boulingui 2, D. Mounguengui 3, F. Ntoutoume Sima 4, R. Massolou 5, F. Ngomanda 5, C.N.B. Epossi Ngea 5, J.B. Boguikouma 5
1 Service de médecine interne, Libreville, Gabon 
2 Service d’infectiologie, CHU, Libreville, Gabon 
3 Service de médecine interne, HIA d’Akanda, Libreville, Gabon 
4 Laboratoire d’anatomie pathologie et de cytopathologie, CHU Mère–Enfant, Libreville, Gabon 
5 Service de médecine interne, CHU, Libreville, Gabon 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les adénopathies périphériques constituent l’une des manifestations les plus fréquentes de la tuberculose extrapulmonaire. Le but de l’étude était de déterminer la séroprévalence de l’infection à VIH chez les malades atteints de tuberculose ganglionnaire périphérique (TGP) et d’examiner l’apport de la cytoponction à l’aiguille fine (CPAAF) dans le diagnostic de la tuberculose ganglionnaire périphérique.

Méthodes

Il s’agit d’une étude de cohorte portant sur l’ensemble des malades atteints d’une tuberculose ganglionnaire suivis au centre de diagnostic et de traitement du CHU de Libreville entre janvier 2017 et décembre 2019.

Résultats

Cinquante-huit cas de TGP ont été inclus sur l’ensemble de 513 cas de tuberculose toute localisation confondue, soit une incidence de 11,3 %. La séroprévalence de l’infection à VIH était de 34,5 %. Les patients VIH positifs étaient plus âgés que les patients VIH négatifs (36,5 ans versus 27,4, p=0,002). Le délai médian du diagnostic était similaire (5 mois chez les VIH positifs et 4 mois chez les VIH négatifs, p=0,629). La catégorie socioprofessionnelle la plus atteinte était celle des élèves/étudiants (87 % VIH négatif versus 13,0 % VIH positif, p=0,019). Le taux moyen des CD4 était de 249,6/μL. Le diagnostic était fait par biopsie ganglionnaire (41,4 %), par l’association CPAAF combinée respectivement à l’Xpert MTB/RIF (32,6 %) et à la biopsie (22,4 %). La CPAAF était contributif dans 76,2 %. Quatre patients avaient une tuberculose pharmacorésistante. Le régime thérapeutique était 2RHEZ/4RH dans 93,1 % des cas. Le taux de succès thérapeutique était de 67,4 % chez les patients VIH négatifs, de 32,6 % chez les VIH positifs (p=0,263).

Conclusion

La CPAAF combinée à l’Xpert MTB/RIF devrait être l’examen de première intention du fait de son coût et de son accessibilité pour le diagnostic de la tuberculose ganglionnaire afin d’éliminer précocement une tuberculose à bacille résistant.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 216 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La tuberculose de la paroi thoracique chez les sujets immunocompétents : une série de 15 cas
  • M. Hadj Dahmane, I. Bouassida, A. Abdelkbir, H. Zribi, M. Touaibia, Y. Houcine, A. Marghli
| Article suivant Article suivant
  • Les atteintes extrapulmonaires dans la miliaire tuberculeuse : forme disséminée de la tuberculose
  • M. Ami, N. Zaghba, H. Benjelloun, N. Yassine

Déjà abonné à cette revue ?