S'abonner

Rapport neutrophiles–lymphocytes et neutrophiles–plaquettes au cours de la tuberculose pulmonaire: association avec la survenue d’accidents thromboemboliques - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.507 
S. Marzouki , A. Hedhli, S. Toujani, Y. Ouahchi, S. Cheikhrouhou, J. Cherif, S. Merai, M. Mjid, B. Dhahri
 Université de Tunis El Manar, faculté de médecine, service de pneumologie, CHU la Rabta, LR 18SP02, Tunis, Tunisie 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La tuberculose pulmonaire (TBC) est une maladie infectieuse pouvant causer un état d’hypercoagulabilité pouvant conduire à des complications thromboemboliques. Des études récentes ont montré que le rapport polynucléaire neutrophile–lymphocytes (RNL) et le rapport neutrophiles–plaquettes (RNP) sont des marqueurs de l’inflammation impliqués dans le pronostic de certaines pathologies inflammatoires ou néoplasiques. Peu d’études se sont intéressées au rôle de ces rapports dans la TBC compliquée d’accidents thromboemboliques (ATE). Le but de notre étude était d’étudier l’association entre les RNL, RNP et la survenue d’ATE.

Méthodes

Il s’agissait d’une étude rétrospective portant sur 150 dossiers de patients ayant été hospitalisés pour une tuberculose pulmonaire confirmée durant la période entre 2017 et 2019. Les données cliniques et de la numération formule sanguine à l’admission ont été recueillies des dossiers médicaux. La population a été répartie en 2 groupes : le premier groupe G1 (n=38) : comportait les patients présentant une TBC confirmée sans ATE et le deuxième groupe G2 (n=112) : comportait les patients présentant TBC compliquée d’une MVTE.

Résultats

L’âge moyen était 44,98 ans (G1 : 36,56 ans versus G2 : 53,42 ans). Quatre-vingt-neuf pour cent des patients étaient tabagiques (moyenne 26 paquets-année). Le délai moyen du diagnostic de la tuberculose était 3 jours±1. Le délai moyen de survenue d’ATE après le diagnostic de TBC était en moyenne 14 jours avec 11 cas de TVP, 25 cas EP et 2 cas association TVP-EP. L’atteinte radiologique était plus diffuse dans le G2 (p=0,001) avec prédominance des infiltrats et la présence d’excavation était plus notée dans le G2 (p=0,04). Le taux de CRP était plus élevé dans le G2 avec une moyenne (112,45mg/L versus 56,23mg/L ; p=0,003). Les patients du G2 avaient un RNL (6,45±7,1 contre 5,6±6,2 ; p=0,01), avec un RNP (0,02 contre 0,01). Le taux de PNN était plus élevé dans le G2 (13 890 éléments/mm3 contre 11 200 éléments/mm3 ; p=0,005). Par ailleurs, le taux des lymphocytes était plus abaissé chez les patients du G2 (980 éléments/mm3 contre 1899 éléments/mm3 ; p=0,02). En analyse multivariée, le RNL et l’hyperleucocytose étaient associés à la survenue d’ATE.

Conclusion

La survenue d’ATE était associée à un état d’inflammation sévère. Le RNL serait peut-être un marqueur fiable prédictif de la tuberculose ainsi que ses complications thromboemboliques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 227 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La tuberculose multifocale chez les patients immunocompétents
  • S. Essebaa, S. Ben Saad, A. Ben Mansour, J. Rahim, O. Naffeti, S. Bel Hadj, H. Daghfous, F. Tritar
| Article suivant Article suivant
  • Facteurs de risque et diagnostic de la tuberculose au Maroc
  • K. Bouytse, J. Benamor, J. Bourkadi

Déjà abonné à cette revue ?