S'abonner

M.avium, M.intracellulare, M.xenopi: quelles différences en termes de caractéristiques et de pronostic? Une étude de cohorte multicentrique française entre 2009 et 2014 dans 25 centres du réseau MycoMed - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.039 
M. Desquiens 1, P. Bemer 2, O. Peuchant 3, H. Guet-Revillet 4, C. Martin 5, F. Schramm 6, C. Andrejak 7,
1 Pneumologie, Amiens, France 
2 Microbiologie, Nantes, France 
3 Microbiologie, Bordeaux, France 
4 Microbiologie, Toulouse, France 
5 Microbiologie, Limoges, France 
6 Microbiologie, Strasbourg, France 
7 Pneumologie, Amiens, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les principales mycobactéries non tuberculeuses en France sont Mycobactérium avium complex (MAC) avec principalement M.avium (MA) et M.intracellulare/chimaera (MI) suivi par Mycobacterium xenopi (MX). Le pronostic et la prise en charge semblent différer selon la MNT.

Méthodes

Pour comparer suivi et facteurs pronostiques des infections pulmonaires à MA, MI et MX nous avons conduit une étude de cohorte multicentrique sur une période de 6 ans (2009–2014) dans 25 centres du réseau Mycomed, incluant tous les adultes ayant une infection pulmonaire à MA, MI et MX selon les critères ATS 2007.

Résultats

331 patients (136 MA, 113 MI et 82 MX) ont été inclus. Deux tableaux se sont dégagés: forme nodulo-bronchectasiante pour MA et MI et forme fibrocavitaire à MX, avec une prédominance féminine pour MA et MI et une prédominance masculine pour MX. Aucune différence de survie n’a été mise en évidence entre les espèces. À 3 ans, la mortalité était de 12,9 %, 14,4 % et 16,9 % pour MA, MI et MX respectivement. Les facteurs pronostiques indépendants retrouvés étaient l’antécédent de mycobactériose (HR 2,24) et le traitement (HR 0,35). Au sein des patients traités, un traitement de plus de 12 mois (HR 0,12), la clarithromycine (HR 0,30) et la rifampicine (HR 0,12) étaient les 3 facteurs prognostiques indépendants.

Conclusion

Aucune différence de survie n’a été retrouvée entre les 3 MNT. L’antécédent de mycobactériose était associé à un mauvais prognostic et le fait d’être traité était protecteur, en particulier si le traitement était de plus de 12 mois et contenait de la clarithromycine et de la rifampicine.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 24 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le fardeau de la maladie pulmonaire à mycobactéries non tuberculeuses (MNT) en France: une analyse du SNDS
  • R. Chiron, C. Andréjak, N. Veziris, M. Obradovic, J. Charillat, C. Emery, S. Bouée
| Article suivant Article suivant
  • Décubitus ventral chez des patients Covid-19 non intubés avec une insuffisance respiratoire aiguë
  • X. Elharrar, Y. Trigui, A.M. Dols, F. Touchon, S. Martinez, E. Prud’homme, L. Papazian

Déjà abonné à cette revue ?